Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 265
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0371
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
MONUMENTS, ETC.

265

m-vuottchc e&oTVgn tmht€ MTCd^tg eqocon eTocrq nneTqnesexevT iiiihomoc nnujHpe
jw.iuh\ g.u nTpevS'MS'o.u. eTecuH eftoAgn -rcesTe neqgcon ctootot €T&e ocoft niM
uje». £pd>i eoTTÊtm1 e7FHe\ne\gq £iTn oiroHpiort2 h nceuoncq £mt oirAv.es.ce. esTeTn-

eiA\.e 5e eTÎie gcok him &Ah«wc cènes.......3 egooft him. aux p)Tpette\Me?V.e(i)

HTVesesir neg(ice)4 cesp THpoir n-momconies.5 gen tcouj ne ojtai nnoirre esirto
TncooTrn 2s_e oirn oimes nesTesgon chtïi TAUtTqesi pooiruj nnegÊmcye nnec-
hht enenTô.nK7V.HponoMei auxhoaioc nTnoinconiô. o_i2s_av. Tmexg nTHuAuponoMei
nMMôwir Auxpesuje nTAiHTepo nMnmre. e-rfte nes.i uesn enp £oo& eneoftmre CTtiô,-
Tes.Ro enTesgo epes-rq MncioAies. uesTes. OTrxipeiev'' MespntTioujT aihuotï giTn TAoïcTe
HTe^peies" eTnesTesKO TetyTT^H ckowc eT07ro*r& eTegpe nTne\e\c nujMMO encong
ines. eneg. es.7rco nKesHoon AmeujTvTV. ne\ ncwoTTg mu nés. ïicoott ncon nTnesesir on
neiroTrnooTre ctthu} uevTes. nuooT.

Et le Seigneur parlant à Moïse du milieu du feu, lorsqu'il lui ordonne les lois qui
devraient être données aux enfants d'Israël, dans leur crainte de la voix sortant
du feu, il leur donna des ordres sur toute chose, jusqu'à la bête qu'ils couperont
en morceaux pour un animal, ou qu'ils immoleront pour un veau. Vous savez

que pour toute chose, vraiment on......toute chose. Ne soyons négligents en

rien, car toutes les souffrances de la vie cénohitique sont des statuts de Dieu, et
nous savons que l'on nous traitera d'après le soin que nous aurons eu (de rem-
plir) les œuvres des frères qui ont reçu en héritage les lois du cénobitisme sur
terre, afin que nous héritions avec eux la joie du royaume des cieux. C'est pour-
quoi, quand même nous travaillons à des œuvres périssables pour le soutien du
corps, selon la nécessité, prenons garde que sous prétexte de la nécessité péris-
sable, nous ne rendions aussi étrangère à la vie éternelle l'âme qui est plus pré-
cieuse que la nourriture. Quant aux règles de la prière, celle de la cynaxe et celles
des six prières que nous faisons à leur heure, elles sont marquées par la règle.8

i. Cod. eiTTÊnH. — 2. Cod. OTr-e-is-pioii. — 3. Le manuscrit est érasé, on pourrait y voir le mot
ee)ia.QsLiic, qui ne donne pas de sens. ■— 4. Cette restitution n'est pas certaine. — 5. Cod. îrroinono-
aujv, ce qui est une faute évidente. — 6. Cod. ou-^pi^. ■— 7. Cod. ivre^çpi^. — 8. Il s'agit sans doute
ici de certaines prières que l'on devait faire six fois par jour; mais je ne sais pas à quelles heures elles
se devaient faire. Je n'ai jamais rencontré dans les divers monuments coptes ou traduits du copte que
j'ai eu l'occasion d'étudier, une seule allusion à cette règle des six prières. Il y est sans doute fait
allusion plus d'une fois, mais non pas d'une manière évidente.

34
loading ...