Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 268
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0374
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
268

E. AMÉLINEAU.

TevAvoq nqTpes'c.sune nes.ir Tnpoir nceoirooM cm ottujooui noircoT.1 es/rcû epujevn2
mvoTTRe on ujtone htc npciMe A\.nSes:7e oe^peç) epocy nqTeses.-5- enAves. nneTujione.
euj2s_e OTrn (foM. oh eTe^Mie oen rotti noein on otchott^h e^-3 neujHM ncesone
epoo-y nespes Aiepoc nTnTesAuooTT jves.7V.03c enujes.Tr h^-otf* nkip htc npome Mn5es5'e
oespeo epooTr nespes. Avepoc nqTes.es7f 6ïïm& nneTujcone oh tgchcoavh MHpwMe

HTCOOTOC. -vv.£\pHT£\.AUOO'y KivTes.5 nesl neTpes.ttes,q" AVH€TUJCOHe MOHOH" AlMOll nei-

£w& 2s_e (3toto?V.e oTrenioTswues. Te. ncTesSc ces.p eTnoce e\.irto cttCirt^ nes.no7T Teq-
^•ne croire neT<>e2s_ ujcoTe eCioTv ot^ivq n5coto?v.e(J uie\qopouj10 i7es.p 62£.àv. ngHT
eneooTro." esirco neTnpoce^çe encine h hhottt12 eTpeircno7rsves.7;e ençnoCi eToireipe

AlAUjq gtt OTTO^OTC HTe HHOTTTe eTAU\esTes.q>pOnei OoTVlOC €HC007Frt (poH) 2S.6 Mtt

7Ves.es.7r hocoê enesnoTrq nesoe e&oTv epe npoxu.g nesexesq'3 ei-fte nnoTrre esTvTves cenes-

UJCOTie ïiesH TlipOTT MAlOTHeC OAV TieO^OOTT AU! HOT ttOesH. T5Ï HOTTCOUJM 2s_€ epOTTgC

£M nMes. hotwujaa. nesTes nTwuj nneTOTrwnjM on nTVe^OM. neTpcouje enAià. nomoujM.
uje\qAv.0T5"Te enenTesqToujoTT14 Mnnes.Tr Auio-ywujM on TecncoMn .vuiesMpe15 es/rco

mange seul, mais que l'homme du couvent y veille, ou que celui qui prend soin des
malades l'en informe, qu'ils leur en préparent à tous afin que (tous) en mangent
également. S'il y a des gâteaux, que l'homme (chargé) des morceaux de pain les
garde, qu'il les mette à l'infirmerie. S'il est possible de faire quelques petits pains
avec soin et de leur donner quelque assaisonnement en dehors de la portion,
faisons en bellement la valeur de cinq corbeilles; que l'homme (chargé) des mor-
ceaux de pain les garde en dehors de la portion, qu'il les mette à l'infirmerie en
la connaissance de l'homme du couvent. Faisons-les selon ce qui plaît au malade :
seulement que cette chose, à savoir le pain beurré (?) ne soit pas une concupis-
cence, car le pain cuit et pur est meilleur au goût que celui pour lequel on coupe
la pâte pour le pain beurré, car celui-ci est trop lourd pour l'estomac. Que celui
qui veille à la meule et à la farine exhorte les (frères) à faire ce qu'ils font avec
soin et dans la crainte de Dieu. Ne méprisons rien, sachant qu'aucune des bonnes

i. CCXXXI n'a pas nou-to-r. — 2. Cod. epuj;s : les deux ont la même faute. — 3. CCXXX1 : euc^.

— 4. CCXXX : iie^ -\-OTr. — 5. Ce mot manque et semble nécessaire au sens. — 6. CCXXXI : neTp iioûpe.

— 7. CCXXX n'a que jw.oiiou, et CCXXXI que mjhoii. — 8. CCXXXI : ctûkts-. — 9. CCXXXI : nçoiro
cnwxj nujfOTC efioA e(s<sq. — 10. CCXXXI : uj^qoAocr. — ii. CCXXXI : iiçots-o. — 12. CCXXXI :
emioiTTe. — 13. CCXXXI : tt&Aq. — 14. CCXXXI : eH.eirr<sT5-TOuj07r. — 1 5. CCXXXI : n*vA\.pH, et de
même ensuite.
loading ...