Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 269
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0375
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
MONUMENTS, ETC.

269

nqTeuj1 neTH^OTcoiy.w. aui neTn^npoce2s.e eweg moott. 0.-5-00 nqcep nTVes-^M2 eko?v
cm ottujcouj ttoirwr3 eTAuves. cjome hohtott €-îtmot«+ no-yioujM gn ottcôs. môwTt^ô^t.
evTrco ttqTeuj neTtïô.oTrcùujM en?VevOM uecres. nopesnon5 nnm htctai TVô^tt ce-rn
Tv^oai n^q OTô.ô.q. oTOtt nm om nAVis. noTwujM eTpen.we?veTe\ THpn cm ottoouj
efto?V ô.n duV7v.es. om OTTopou. nTG neTpoouje ennoeiT uji noeiT nxe noires, noires, nés,
neqftip nnoeiT c>es.Tn Teq7V.es.om eTqnes.o-<roi>ujM nonTc ujestiTe nes,Mpe kooTVç) nneq-
eoir7V.es.OM7 h8 nq2£_ooc 2£_9 oirtoujM. eTMTpe 7V.es.es.ir ottooujm" oira^e eTMTpe
nnjwTe'0 eopes.1 cm n?ves.ç)m eiMHTi" nre nes.Mpe 2s_ooc. ennenoirooujM 2s.e noireuj
MMeTVeTes. OTmT^n Te^oircies. eMeTveTes. evirio ottmt^h Tecroircjes. eSio enujes.noireuj
Me- (poo-) 7V.eTes. on cm nençmT ujes.ttMe7V.eTes. eHuje\Hp ^peies.12 hotthoti mmoott
enes.k<x>7vo eTAô^pM noireuj nujes2£_e neTnpoce^çe enMooir nceeme on OTîenH
ttceiuo npcooTT e&o?v evn htoott e-yM.e7V.eTev es.irco eir£es,peo eTMnecvr mooit efroTv.

œuvres que l'homme aura faites pour Dieu ne sera perdue, et qu'elles nous seront
toutes un (sujet de) repos au jour du grand jugement. — (Règles) pour pétrir le
soir selon les règles de ceux qui pétrissent dans des pétrins. Celui qui préside à
la boulangerie doit appeler ceux qu'il aura désignés à l'heure du pétrissage, en
la connaissance du boulanger (en chef) ; qu'il désigne ceux qui pétriront et ceux
qui devront verser l'eau; qu'il distribue les pétrins avec égalité, qu'il ne laisse
personne des travailleurs se reposer du pétrissage seul dans un coin. Qu'ils
placent ceux qui pétrissent dans les pétrins selon la bonne disposition des lieux;'3
que personne ne se choisisse lui-même un pétrin. Tous autant qu'il y en a dans
la boulangerie, méditons, non à haute voix, mais en silence. Que celui qui est
préposé à la farine pèse la farine, que chacun place sa corbeille de farine près
du pétrin où il doit pétrir jusqu'à ce que le boulanger (en chef) frappe de ses
mains contre un pétrin ou dise : Pétrissez. Que personne ne pétrisse ou ne mette
de la farine dans le pétrin avant que le boulanger ne Tait dit. Ne pétrissons pas
sans méditer, si nous pouvons méditer, et lorsqu'on peut s'arrêter, si nous dési-
rons méditer, méditons dans notre cœur. Si nous avons besoin d'un peu d'eau,
nous frapperons sur le pétrin sans parler; que ceux qui fournissent l'eau se hâtent

1. CCXXXI : nq-rtouj. — 2. CCXXXI : nA^çj^e, et de même ensuite. — 3. CCXXX n'a pas «ots-oit.

— 4. CCXXXI : Ê-5-Av.evTii. — 5. Cod. nopcs-moit. — 6. CCXXXI n'a pas uji noeiT. — 7. Cod. e-s-TA.OAk.

— 8. CCXXXI n'a pas h. — 9. CCXXXI n'a pas e-rju/rpe Ajsjvt- a>.e otwujav. — 10. Ici cesse le CCXXXI.

— 11. Cod. eiAv.HTei. — 12. Cod. XPliv- — !3' Mot-à-mot : selon la droiture des maisons.
loading ...