Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 271
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0377
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
MONUMENTS, ETC.

27 1

e\nes .... nenTesTrresttgoTTTq qitm nnoTrre enemocf htcoom. r«\« nneeioTe nTexT-
ujcone Mnucooq esTrnes nnesncon eopess on ott5i noTOOM ecujoîie nuesMpRir enTesT-
esesc nesTes ee nTes.qd.evC ncTi mcottchc née eirresnctoTM om neTrescceTvion eq2£_co
mmoc 2î_e e-rfre TeTnMttTnesujT oht 0. mcottcrc ^ Teoin ttHTrt enoTT2s_e e&oTv
nueTuoioMe 2s_m TegoTreiTe 2^e Mnciuoone 01 nesi. euj2S-e npooMe ^e Tu\Ticop2s_
eneqcon nquj£rrq epoq on TeqSi noTrcoM eT&e ottrotti noice nooTro eneTuesftcoR
e&o?V encore n eRepcoft eujes-yp uesTTMes ngRTq MnpTpeTTRes. necnmr nTesTT-roaj-
otf eneoco& TCOOTrgc cotfoom nMAves.Tr e&o?V2s_e MnoTrftcoR ekoTv. htoott ep nes.7r.ues
h eujen ence esA7V.es TMnTOTres nTROincomes ottuji uottcot neTujoon noTron niM
nevTes t<7ï np £oo& nneTOTresesCi née nTes. 2s_es7rei2s_ ei ujes neTeMnoirCicoR e&oTv
ennoTveMOc esqujes2s_e nMMesir on OTreipnnn es.Trco es.q- (pnes) ^ neTMepoc nes.Tr
gn nujoTvc on ottojcouj hotcot née nnenTesTTÊicoR tiMMesq ennoTveMoc MnqcwTM
nces nenTesTTRonHpeTre 2s_e nTrtnes^ nesTT esn. esTTto R2s_oeic gM neTresuueTvion neq-
TesMOH oiTn Tnespes&oTvn cm RTpeîmpMpM n;fi nenTesTrqi ges nftespoc MReoooTr
mu nuesTrccon gtt2s_co mmoc 2s_€ eTÎie ott nenTes.Trp oTTOTrnoTr noTCOT e?rp gcok esR-

(N) auquel a été confiée par Dieu cette grande vocation. Mais si d'autres pères
qui sont venus après lui ont donné des règles pour une nourriture différente des
boulangers, ils ont fait comme Moïse, ainsi que nous l'avons entendu dire à
l'Évangile : C'est à cause de la dureté de vos cœurs que Moïse vous à donné la
permission de répudier vos femmes; au commencement il n'en était pas ainsi.
Mais si l'homme se distingue de son frère de manière à changer pour lai la nour-
riture, à cause d'un peu plus de fatigue pour ceux qui vont moissonner ou faire
quelque autre travail où ils ont chaud, qu'on ne laisse pas les frères à qui l'on
a ordonné un autre travail dans la communauté manger avec eux, car ils ne sont
pas sortis pour avoir chaud et peine. Mais l'unité du cénobitisme (veut qu'il n'y ait)
qu'une seule mesure pour chacun selon la manière de faire des saints, selon la
manière de David qui alla vers ceux qui n'étaient pas sortis combattre avec lui :
il leur parla à tous pacifiquement, et il leur donna dans le butin une part égale à
(celle de) ceux qui avaient avec lui marché au combat, il n'écouta pas les mé-
chants qui disaient : Ne la leur donnons pas. Et le Seigneur nous instruit en pa-
rabole dans l'Evangile par le murmure de ceux qui avaient supporté le poids
de la chaleur et du jour et qui disaient : Pourquoi as-tu traité également avec
loading ...