Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 272
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0378
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
272

E. AMÉLINEAU.

ujô.ujOT HMMdwrt. etiT^irccoTM epen ue2s.nio 2s_e euj2s_e nejvftdJA. oimottHpoc ne
22-e evn^ OTreo^eoc evnou. e-r&e ïiô^i neTeujuje ne eneTnc<p ^peies.' eiTe kotti
eJTe nos' iieTmuj egcoCi niAi om nertccoo-yçj egoira ïi^ta. neuTtooM. epuj^n2 otf&.
ep ufs.iTMd». eiiepoiro eTpe-ynpoce^çe epoq n<3l nexpcouje. eujome nevMe MïiqTM-
(îbM eoTreAV. neqoem £i TCTpes-ïie^es. tmecnHir •M.a.peqT^.w.oo'y epe neq<?HT tht
epoq nnôv^pM ntioTTe 2î.e rtquôvT^q>pottei ô^n oir2s.e nnequji&e ôav aimocj enec-

rtHTT Res.T*. 0TTHÔvpôw2^0CIC MU OTTCTmHeeiôv.3 OTT2v.e gtt OTTeniôTTAVId. es.» HOH2^0ttH

enujme ne*. oTmpïi h ott5i hotwm equjofte &7V.?V.dw kôwTôw ovdwttd^RH mu oi^xLpei^
ev-yco ïvreige cm OTm^ppHcics. ' MMtiTujHpe hth2î.ooc nce tiTen^xipics.5 THpc

KdvTfc. TCTOAi eTUJOOTI Ï^H Mil K€Tep€ HHOTTe ilôvTd^q Uô.Te*. (pil£l) OTTOeiUJ. R0.il

epuj^ti necnn-y THpoTT p ^çpeiô. iiottkovi non ne h ReAd^TS* nSl HOTTOiM us/res.

ÏIMOMOC HTROIHCOHI&. epe TiptOMe HTCOOITCK! ttèwTOUjq rtô.1T 0_tt OTMttTUJivtt OTHq

Mtt oTTOTrpoT. epuj^n nnoirre 2».e ^ (Tom. nneT^Tii iierpip cm tcTom tiTivqTdvevc
nn^cioc oh Teopto .vmpTpeirujme on ot5\w.ht<5'io& euj&Toir enecnmr h^tô. ottu^-
p&.2^ocic. Monoti evnoti eTpenS'wujT e&oTV eTMUjme ncis. ïi€t.w.okç) e51tvrq h tict-

nous ceux qui n'ont travaillé qu'une heure? ils entendirent ces reproches : Ton
œil est-il mauvais parce que je suis bon? C'est pourquoi c'est ce qu'il faut faire
à celui qui (en) aura besoin, petit ou grand de ceux à qui l'on ordonne n'importe
quel travail dans notre communauté selon notre vocation. Si quelqu'un a trop
chaud, que les surveillants y fassent attention; si vraiment il ne peut pas manger
son pain à la table des frères, qu'il les avertisse de ce que son cœur lui a per-
suadé en présence de Dieu, afin qu'il n'ait pas de mépris et qu'il ne se distingue
pas des frères, selon la tradition et la coutume; ni par concupiscence, ni par
plaisir ne cherchons du vin ou une nourriture différente, mais par nécessité et
besoin. Et ainsi dans la franchise des fils dont nous parlons, ne buvons pas tout
ce qu'il nous faut, selon la puissance que nous avons et ce que Dieu fera en tout
temps. Quand même tous les frères auraient besoin de l'une ou l'autre nourriture,
selon la loi du cénobitisme, l'homme du couvent la leur donnera avec miséri-
corde et allégresse. Si Dieu donne la force à ceux qui sont chargés des porcs,
selon la force qu'il a donnée aux saints dans la fournaise, qu'on ne cherche point

1. Cod. OCP1^- — 2- epuja. ott^. — 3. Cod. oirctruH^iA. — 4. Cod. OTn&poHci&. — 5. Cod.
loading ...