Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 273
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0379
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
MONUMENTS, ETC.

273

enqekTcyr eui n^n enucoT ne e\?V?V.e\. nTnpe irroq eTnexppncie*1 H2s_ooc née aiti^tt-

7V.OC 2L€ ^-2sloht npHTOIT THpOTS" CCCI €£HO £\ip .pOTTO eUJOJWT '^sm'tom ptt gCOÊl

him pM nei"^ <Tom nt\i ne^e ic. ^-yco uepwk on eujuje eevô^q Kevres. nnowoc

HTROIHCDHiev eTOTTdv*.& pH TCIilCTHMH2 HTMHTpeqUJMUje HOTTTe HTHes.evTT THpH

née HOTptùMe hotoot nègres, ee eTcnp 2s_e HeHTevTHHCTeTre THpoTF neiro noTOKT

HOTCOT MH OTn^'t^çh HOTT00T 2S_ei\ôvC €pe nH07TT€ cmott eneHOeiK HTHOTTOMq pH

OTOTTitoq mh OTrpdwUje pM nennes. eTOTre\.ev.& ô^ttoo nTe necMOT ujoone e2s_wq
nqMOTrn efeoTV. nqTMOTrto pn 0Tr5enH es/yco on nqcuo-y on n<rt n2£_oeic eowft him
eTnnôvOi tooth epooir eex^ir. (pnc) ptofr 2^e him eTeujuje ee\e^q kôwT£\. nenTwpM
a\.d\pnôvevir eoTeocY3 nTe hhottê eiTe on tcTi hottcom es.Trw pn nepCmire HTewuje
mh ncoooTrp aih tcTi Huje\2s_e mh hkocmikoh eTnevTtoMHT epon pi Tepm mh nMes.
Mnpo h neTnnevftton epe\T07F eT&e ptofe him M.n ujes.2s_e him pn cyeocy htc
nnoTTTe encooirn 2s_e ottm€ ne nuje\2s_e eTCHp 2£.e neTn^ eoo?r nea "^"h^-t; ecoir
nex.q. nuje\2£.e ce\p nneup^qm nmqe nTe nnoTrre pen Me ne evyto cenpoT eMe\Te

une faiblesse pour les échanger avec d'autres frères, selon la tradition. Seulement
gardons-nous de chercher celui qui est faible pour le trouver et celui qui n'est pas
préparé, quand même c'est pour l'édification, mais trouvons la franchise de dire
comme Paul : J'ai enduré tout, la faim, la soif, j'ai été dans une extrême indigence;
je peux tout en celui qui me fortifie, le Christ Jésus. Ensuite (voici) une autre chose
qu'il faut faire selon la loi du cénobitisme saint dans la science du service de Dieu,
agissons tous comme un seul homme selon qu'il est écrit : Tous ceux qui jeû-
naient n'avaient qu'un cœur et qu'une âme; afin que Dieu bénisse le pain que
nous mangeons avec joie et allégresse dans le Saint Esprit, que la bénédiction
repose sur lui, qu'elle dure, qu'elle ne cesse pas promptement et que le Seigneur
bénisse toute œuvre que nous entreprendrons de faire. Toute chose qu'il faut faire
selon notre vocation, faisons-la pour la gloire de Dieu, soit le manger, soit le tra-
vail de champs, soit la cynaxe, soit la conversation avec les mondains qui nous
rencontrent sur le chemin ou à la porte, ou ceux vers lesquels nous irons pour
une œuvre quelconque, une parole quelconque; (agissons) pour la gloire de Dieu
sachant qu'elle est vraie la parole écrite : Celui qui me glorifiera, je le glorifierai;
car les paroles des Ecritures sont vraiment le souffle de Dieu et sont très fidèles

1. Cod. eTnevp^HCiev. — 2. Cod. çji tgtticthavgi. — 3. Cod. eTeooir.

35
loading ...