Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 274
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0380
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
274

E. AMÉLINEAU.

eiTe eT&e ttfc.uà.^on eiTe e-rke nno7V.à.cic ^tfco «Tticno-y^^e on pd>. np ocok kim.
jw.n HAves. hotooium eTpen2£.con eîioTV nneujTVTV Tidv ncoioirt) mvi nev ncooTn ncon
gn neTrcynooTre nes/re». krcot HTRomconiôw gn oimoS' nconc mh oirpiMe enTcoko
Aumoirre ïid^d^oe eTpeqgd>.peo ne<<n eneqnd». aui Teq^ç^pic enTdwqneoce mm.o n
noHTC eTpeqe^n nkppe ugHTC nuecon ou Teqev^èwTtK uq^- îjoav n*ai on nen-
M«T5toq nqTMHis. aai ecuopup on nuecon eopaa eneoierr ut.uttT^Me7V.Hc nquov
TeqooTe ecatepo cm nenoHT mticooot mu tctujh n^e uoifucùot eqMo-yo. osth
TeipoTe t^p UTeiMine ot Monou 2£_e TttUdwp &oÀ eT^egennos. UTcevTe (pnss.) Mn
TiMes. .u.nTis.'j'o nnoftoe mu myme eTMeo nccouj om umjs. Mneooir evTvTV.è.. Tnneui-
'À.HponoMei uneTe Mne&esA ud^-y epocs* Mue Môv^2î_e cotmotf MUOTrèv'A.e eopovi
uokt npcoMe nea utô.. nnoTTe c&tcotoif uneTAie MMoq è^irco om ueiè^uon
ou quô^e^pi^e ne*.n nnecMOT uneTOTd^k THpoT e2*.n oco& niM eTnn^oi tootu
epooT e^e^TT eïTe £M n^-.ue eiTe on Tcoouje ô,toj qnes. cmott enenoem Mn nen-
moott ues.Tèv ©e €tch£ 2s_e enujdaio^peo eneuToTVH MK2s.oeic neimoTTe uu^ujcone
ei\cMôv.w.^ôvT on TnoAic e^Tto ojri Tcoouje mu nneceene ncMOT. euuj*s.uT&£ie ne*.

soit pour les biens, soit pour les châtiments. Soyons soigneux dans tout ce que
nous faisons et dans la boulangerie, accomplissons les prières, celles de la cynaxe
et celles des six fois à leurs heures, selon les règles du cénobitisme, avec de
grandes supplications et des larmes, demandant au Dieu bon qu'il nous conserve
sa pitié et sa grâce en laquelle il nous a éveillés, qu'il nous renouvelle en elle
une autre fois par son amour, qu'il nous fortifie dans nos faiblesses, qu'il ne nous
laisse pas nous rouler une autre fois dans les fossés de l'insouciance, qu'il laisse sa
crainte embraser notre cœur jour et nuit comme un brasier qui brûle; car par une
semblable crainte non seulement nous échapperons à la géhenne de feu, au lieu
où l'on grince des dents et au lieu de la honte remplie de confusion (pour aller)
au lieu de la gloire, mais nous recevrons en héritage les choses que nul œil n'a
vues, nulle oreille entendues, qui ne sont entrées dans le cœur d'aucun homme,
les choses que Dieu a préparées à ceux qu'il aime; et, dans ce siècle, il nous
donnera aussi les bénédictions de tous les saints en toute chose que nous entre-
prendrons de faire, soit dans le village, soit dans les champs, il bénira notre pain
et notre eau selon qu'il est écrit : Si tu gardes les commandements du Seigneur
ton Dieu, tu seras béni dans la ville et dans les champs; avec toutes les autres
loading ...