Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 276
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0382
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
276

E. AMÉLINEAU.

noTroojw. MnpTpen^we7\.ei epooir poTVcoc. noTeem eTpevqi iipooTruj npioîi niM.

enoTroeeie j\is7V.toc cm ottootc tvre hiiotttg. npice uô,p eTepe tiott^ tiott^
tt^ô>.6,q epoTre TieTpiTOTFioq eqHôoyoJïie ud^q née MîienTôvq2s.i mh^ott nsinstop
mïi ne». nectt^Tr mh: lies, tiottôv eT&e iièa ujuje eTpeuujome enpoTpeT pn peu rotti
çTAiiièk ottocoû ct^ko on 0T5*MnTpeq2s.ttdkô.Tr. neTTipoce^çe eujTVep enMOOTr ctmh^
hmoot ekcoR €2<lm. neTco .unepooTr oir^e TeTrujH evTTOo eTMRè». p^p (pur") mmoott
epp^i eoTrujè^tc1 h ottaiôw eqpode ^ttio ctau^ TVev^tt e&oTV noireuj ncco gM

neicope eTOTrtiôwTcoq es.Trco eTAVTieuj hmoott enpes.uj cnivTF. npivre ue^p eTepe npevuj
encvTT nôwcto eTepe hmoott tchuj epooTr hoATV^kic ottm ujomht hô>.cco eRiy^HTCooT
oires. OTres. HCT.iw.Rdw p^p •w-^o°T eneTip^uj e^irco eTpev^ pTmr eTMïiepu pôvp noeiu
on nkoujK.u. eTTTOo5e .vuieicope ô.7V?V.ôs. ïiecHT npivrc ht&o -u.Mes.Te neTpi cmp 2s_e

HT&0 eTpeTTp^KTOTT ttCôv&oTV. ttCCTpe OTTKOTTI tlOMe ^AldwpTe MMOOTF ivTTOO HCCUes-

pcsvTHpei eneTTOTrepHTe eTMOTreujq Hcnqe n(«o)eiR. fs.Trco epe ïiMOOTr avotm nce2s_i

pp^tt peïl KOTTI HliTKf 01 TipiVUj7V.Hp. HCeMOTTUJT tt&o MMHtte UJdw

ni la cynaxe, ni la fête (?), ni le réfectoire. Que les laboureurs prennent souci de
tout travail du labourage, bellement (et) dans la crainte de Dieu; car celui qui
endurera plus de peine que son voisin sera comme celui qui a reçu cinq talents,
celui qui en a reçu deux et celui qui en a reçu un. C'est pourquoi il faut que
nous soyons pleins de zèle dans les petites choses et que nous ne laissions rien
perdre par paresse. Que celui qui est préposé au puisement de l'eau ne laisse
point l'eau couvrir la terre arrosée, ni le jour, ni la nuit; qu'il ne laisse pas une
(trop) grande quantité d'eau dans les canaux ou dans un endroit peu élevé; qu'il
ne laisse aucun endroit du champ qu'il arrose sans l'arroser et qu'il ne partage
pas l'eau en deux canaux; car comme il y a deux canaux, ainsi l'eau est par-
tagée, et souvent il y a trois ruisseaux. Si tu arroses avec un seul canal, n'y mets
pas beaucoup d'eau. Qu'on fasse attention à ne point arracher dans les petits
canaux quantité de brins de blé plantés dans le champ, mais dans la partie in-
férieure du canal seulement; pour ceux qui sont sur les côtés, qu'on les courbe
seulement à l'extérieur, qu'on contienne l'eau avec un peu d'argile et qu'on veille
à ne pas briser les brins de blé avec les pieds. Si l'eau cesse, qu'on se hâte de
placer quelques herbes sur la machine à arroser; que chaque jour on inspecte

i. Cod. exujiîkTC.
loading ...