Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 278
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0384
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
278

E. AMÉLINEAU.

nei2s.oc ujes. ojpes.ï eoT22.cocoMe1 n7v.es.èsTr ncmes.es.Tr e\7v.7v.es. Tin0.Tr eTOTrnes.Tes.es.Tr eTi«s.2£.i
TeTTiMH 2s.eivè>.c nnepcoMe 2$_i OTre* epon om ïvrpe t€timh n<mes.es.Tr ujo2î_n utootm
nenTes. nevi ottoo equjoone. es.ircD e\non ococon enujes.H2SLi nenei2s.oc ennes.^- TeqTiMH
mh«ôiT eTM.wes.Tr. ttTrtTM^ e\pH& n7V.e\es.Tr ^(opic OTrcmes.es.Tr eTrnes.HTq nes.n MnoTre
h nToq nees.neuMiH on neTçmn epon e\Trto euj2£.e nes.noirc eoimTes.n epaxwe ngoTro
eoTrnTes.Tr epon. neuioTrc es.n on eccopM nnecmes.exTr nTiioinomies. MnnoTTTe eTfte
^oes. e&pes. h copT. nocoÊi OTrono^ e&oTv evTroo neqTcouj cho nevn çm o^en rçmj.. eTfte
necnmr em^Aio-y opes.i nçmTn. noTroeiuj him eTrnes.Tou|OTr eoen nigjon2 erpe
cnes.Tr npco- (n^_) Me onoMes.x.e Kis.Tes. con. eTrujes.nes.ujevi 2s_e on eneooTro 2s_e ott-
oco& eq.vk.Hn e&oTV. ne eTrnesTpe cjotto on onoMes^e hottociuï him ottmohoh 2£.e
-^choh eTfte neioooft eTMTpe poxwe o&yjOTr epoq is.7v.7V.dk ^(TbnT noeso_ ncon ojtm
neqMHevO^ ho_ht ei22.co mmoc 2s_e neui eTeTnujTVHTV h Tes.7Ve eTrcies. ecjpôa p ïïm
Tôs^xLir es.iroo H.vvnnp &o7v3 enequjcocoT nje\ Tenoir h OTrçnoft enoTrevujq es.n ees.es.q
nes.n enes.Me7v.ei ees.es.q noen koottc ne».uj noe eoTrnofte nes.n es.H ne. eT&e nes.i neq-
npiMès eopes.1 012S.H neTqo npooiruj nes.Tr eai c>es.poq eiuje\2s.e encTn2s.i es.Troo en^-

livre ou un vase; mais à l'heure où on les donnera, on recevra leur prix, afin
que les hommes ne blasphèment pas contre nous, parce que le prix des vases
reste en nos mains, alors qu'on vient de les vendre. Et nous aussi, lorsque nous
achèterons quelque chose, nous le paierons sur l'heure. Ne donnons rien en prêt,
sinon un vase qui vient de loin ou qui est nécessaire à ceux qui se sont appro-
chés de nous, et si ce qui appartient à l'homme vaut mieux que ce qui est à
nous : il n'est pas bon de disséminer les vases de la communauté de Dieu. Sur
la vente des grains et de la laine (?). — La chose est connue et les règles en sont
écrites pour nous ailleurs. — Sur les frères qui mourront parmi nous. — En tout
temps on les inscrira sur des tablettes, afin que deux hommes à la fois les men-
tionnent. S'ils se multiplient à l'excès de sorte que la chose est continuelle, la
plupart les mentionneront en tout temps. Non seulement je donne un ordre à
ce sujet, afin que personne ne l'oublie, mais je m'irrite souvent à cause de cette
triste (chose), disant : Quand même vous prieriez et feriez l'offrande pour cent,
faites-le vite; et nous n'avons pas jusqu'à présent effacé (?) sa faute. De même
quelque chose que nous ne voulons pas faire, et nous négligeons d'en faire

1. Cod. eîrsc.coco.M.e. — 2. Cod. mr%io\\. — 3. Le copiste avait d'abord écrit efioA, puis il a biffé l'e.
loading ...