Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 279
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0385
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
MONUMENTS, ETC.

nju..u.e^TT aui oiroii ttiM e-rS'oeiTV.e npcooir nnencmies.ucopn gtaicoch enTV.S' noir\
nos-ix e&oTV nnenT^qei €T&HHT07r £s.vco eei.u.e tô^t 2*.e eirrcooM e-rfce ot. ovn
neoco& on eqTttTCon en^i Mne neq5tonT qi avm^tt om nojrr Aine-rocon gt&hhtcj
ujôv TenoTr eiiyes.2£.e eneTnes.MTon mmoott on Tcrnes.cco^H eTo.w. n^\ue enncon
npcoAie eifOMOoc o^otïi tiçtmoottt uj&. nnes/y eTeoneai eîiwu eTOMcq 2s_e nqo

ô,tl tipOOTTUJ Mdwrt 2S-€ iiettOjîlHTri COJiV AlMOtl nOOlTO enp nMeCTTe nTdUl^Uttn €T-
•UMÔwTT H Ujes. TUCS.TT ttTMTH ÏIOTTCO ttdUl. nqpcOUJC ^vU €Tpe rteTAmeqfro'A. p OH.T

ujhm uceetMi^uei h euj2s_e neTH- (ne) ofemre ^.uevOTe MAUcmi eneTeiuoTn nc-
t^qAioir MiiTenetiT^Tei euoocq owîi htoot h nTdai^ hôwTT MneTÛe^e h eko*A.2£.e
ïieuAv.eeire ne nea 25_e es. imoirre n^noir 2£_e ô^q^M neTrujme eujoyne ceoiro2£.
eMnounpoïi eTe ïiôwUJ eneTeipe mmoott g.u. ïiudvïie mmoh euHn ôwM epi.ue H
eiy^THeone èv» eneTtidw.u.07r e^AA^ mitai ne. .unpype pco.u.e piMe ennicToc n
nss^inèvioc eTne^AVOTT on neiTonoc piMe HToq evTrco nTeTnnepne e2s_u neTnes.A\.ot
on MAurr&ce&hc Mïi5epH5' nneT.WHp csslu neT^ne oav ïi^oTV. t^whh ero MnTV^e

d'autres! comment ne serait-ce pas un péché? C'est pourquoi son jugement sera
sur ceux qui n'y prennent pas garde. Je dis à ceux qui vendent et qui achètent avec
eux et avec quiconque habite près des portes de nos couvents de ne point tarder
d'achever chacune des choses pour lesquelles il est venu et de savoir prompte-
ment pourquoi on appelle. Il y a aussi une autre chose qui ressemble à celle-ci et
qui n'a pas mis de colère dans le cœur de celui qui donne des ordres à ce sujet,
je veux dire ceux qui se reposeront dans le couvent qui est dans le village. Pla-
çons des hommes près du mort jusqu'au moment où il nous plaira d'aller l'en-
terrer, car nous nous soucions peu que nos œuvres nous entraînent trop à faire
souvenir de cette nécessité, ou jusqu'au moment où l'on nous apportera la nou-
velle. Il n'est pas convenable que les absents soient découragés, qu'ils s'attristent
si vos œuvres vous ont retenus loin de celui qui était vôtre et qui est mort, parce
que ce n'était pas l'œuvre de ceux qui l'ont enseveli, ou que nous les avons récom-
pensés, ou que notre pensée est que Dieu a été bon de les visiter, s'ils étaient
purs des péchés que beaucoup commettent dans les ténèbres. Nous ne devons
pas pleurer et nous lamenter sur celui qui va mourir, car ce n'est pas celui-ci
(qui va mourir). Que personne ne pleure le fidèle ou le juste qui meurt ici, mais
pleurez et lamentez-vous sur ceux qui mourront dans l'impiété du chasseur, qui
loading ...