Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 282
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0388
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
28'2

E. AMÉLINEAU.

oirpcoAie m.e7V.€Tôw (u)TeTrajH THpc h nepooTT Tnpq nqTAiAie?\.eTex eqAioouje en-
ciooirp h eqnHTF ekoTv. nqnes.^- cmu* es.n enenT0.qeves.ir THpoTS* pAi neqoTrcouj jamiii
AiAioq eqnespevîies. nTeienTO?V.H ^wpic vytone pi o&ujc OTrre pco ottoo}& np esr-
cooTrn AiAioq exn ne 2s_e necnmr THpoTf eTOTreg es.irexoott e2s_n neires,cev©ott es.7T(o
caiots* e2s_n neircMOT Av.e7V.eTex notroeiuj ïiim. eTruje\noTrto eireipe nTeircTrnes.^ic pn
neiTonoc eTmexp neujOAiT ncon e2s_Ai ïiAiHTcnooirc pi poTrpe exirco pi TOOTr(e
uj)evm TeTruj(n nT)Rirpies.$iR ue\i ce^p ceeipe Aineu poooTF pn nenuAnciev. nne^TT
noTrw Ain ovoesuj niAi eTrnexUj?V.n?V noireuj nn?V2£. ne\T AinAies. ctai- (hh) AievTf.
pen pcù.w.e eirp poTe pRTq AinnoTTTe noTroeiuj hiai eesTCOTncy e&oTV. oirre pe\p
epen ort ujrai es.n ne eirp poiro eAie\re pn Tevcesnn Ain TecnoTr2s.n evnesToujoir
enAies. Ainpo nnencmies.i?tocR evTreo enAies. nneTujcone epen peq2SLne\.es.Tf esn eires.-
AieTVei esn enevoespi^e nneTrpneses/5* on AiAies eTAïAiex/v.1 neTOirnex2 npco& nccooT
eqTe\nmr h e7r2s.es.pAi n5i neirpnes.e\.7r nco&Te Ain neTomico aiaioott t(hp)ott pe\-
pwoTT (AinoTr)5t3ei7\.e epon njes. ppeu eneonex.ex.TT nce aioott Ain pneves/y hiai eujes.Tr-
2s_iTq epooTT oai nAies. Ainpo es/yco airain nneTujcone e7rnes,qiTOTr AiAies.Tr €ttthuj

autre chose de se coucher. Si quelqu'un médite toute la nuit ou tout le jour, qu'il
ne médite pas en se rendant à la cynaxe ou en sortant, il ne tirera pas profit
de tout ce qu'il aura fait lui-même par sa propre volonté en transgressant les
règles, sans maladie par oubli; et ce n'est pas quelque chose que l'on fasse sans
le savoir, car tous les frères qui ont accumulé bien sur bien, bénédiction sur
bénédiction, méditent en tout temps. Lorsqu'ils ont fini de faire leur cynaxe en
ces lieux, ils en feront trois fois en plus des douze fois, le soir et le matin, excepté
la nuit du dimanche, car ils font aussi cela dans les églises. A la fin et en tout
temps ils prieront sans faire de génuflexion en cet endroit. Des hommes qui
craignent Dieu en tout temps, qui ont été choisis de préférence à beaucoup, qui
ne sont pas pusillanimes, qui ont un grand amour et un grand zèle seront placés
à la porte de notre couvent et à l'infirmerie, et non des paresseux, des négli-
gents à purifier leurs ustensiles en ce lieu. Ceux qui laisseront derrière eux quelque
chose de perdu, dont les ustensiles et le mobilier seront sales, ou tout ce qu'on
leur donne, qu'ils ne restent pas parmi nous, même s'il s'agit des vases à boire

i. Il y a ici une lacune dans le manuscrit sans qu'il y ait interruption du texte. — 2. On a gratté
ici une lettre à dessein.
loading ...