Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 298
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0404
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
2gS

E. AMÉLINEAU.

AJUàl J6 3, Us^> lilc O&j j« JUs d^l jl ^>^M

\ojs£ jibj -^jysz ^J^> àJ^jj t-^ll dJ^)U JUil; il^al ^Sl a

i) JL ^JS

l^s jd^Jl ^Uill Xjf d^J»1 l^oji Ici <Jj1 U jJj; U j*> ^^L^fc

A_U1 ^UÎ jJLl Juil J1 Lji j^l JUs l^J ^ 1^1 jjj

Jlyl; yb^ci.] ji Ijybj LL». LôjI dJ;lj Ji 01 J^? O^-^ ^

^l—s^^l Ot> U» 01 A-.-sP IJi^) Uul L^j-^l -xsj ^ UsLs-pi, ^jkmJjJlW

était savant, sage en toutes ses actions et que le saint consultait toujours, parce
qu'il était de bon conseil, s'écria : «Vive Dieu, ô mon père; lorsque tu t'es avancé
vers cette femme, j'ai vu un ange du Seigneur tenant dans sa main une épée
nue et tournant autour d'elle, et lorsque tu as baisé sa tête, il t'a dit : Salut à toi,
ami de Dieu : celui qui sortira de cette femme fera pleurer les saints et les amis
de Dieu,1 et le fils de Dieu lui adressera plusieurs fois la parole.» — Et le saint
Hrsisios dit : «Quelle belle vision tu as eue,2 ô mon fils; l'ange l'a toujours gardée,
afin que le chasseur,3 le méchant, ne trouve accès en elle,1 jusqu'à ce qu'elle ait
enfanté son fils et l'ait sevré.» — «Oue la gloire soit éternellement à Dieu, dit le
frère; certes il nous a donné des saints!» — Et un autre frère dit encore : «Certes,
Dieu a béni notre siècle.»

Et voici que je vous ai informé des paroles des saints et que je vous les ai
rapportées au long; et ils nous ont encore fait cette affirmation étonnante :5 lors-
que les amis de la nouveauté" s'opposèrent au père aimé, notre père Athanase,

[. C'est-à-dire que son éloquence tirera des larmes des yeux des moines. — 2. Mot-à-mot : que
c'est bien ce que tu as vu! — 3. C'est-à-dire le diable : cette expression doit venir du querens quem
devoret. — 4. Mot-à-mot : ne trouve en elle un endroit. Tant que Schnoudi devait se nourrir de sa
mère, le diable ne devait avoir aucun empire sur elle, afin que la sainteté de l'entant ne fût pas ternie
par le plus petit souille d'impureté. — 5. Mot-à-mot : ils ont encore raconté un témoignage étonnant.
— 6. C'est-à-dire les hérétiques, suivant une expression de S1 Paul.
loading ...