Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 311
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0417
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
MONUMENTS, ETC. 3 1 1

^__à> Ul lc*^1 ^)LJI £jyd\ \jjo C^sX* A) l^Jlié A^seJj Lui UJi

JUé J^c^ IjU Al yiis juxc^ A^J-b ^» ^Us^i iSjua* c-A^U
^iJL* .__^Iflj ôjLscI] a~aj ^*"! C^J! Ijjb &j>yZj LjI 3^ ^?

i^Jjy^] ^1 "^1 (^J^ ^Lxft; "^j ^>LLâj ^y&2 jets ^-{Sli

A^3^ Ac5"" J^ajj l_*ajj ^IssUl A^-ftj ^-^i ^j-^j

laA9 Isi-^ ])42sL. A^>UîL>
AII^I Liï i ^ib->Jl Uaiil ^j^j i^0 ^jL 3 jl^a]^ jLS^I -Lc^ <JJ^ L'I

Le saint lui répondit : «Oui, certes, je l'ai entendue;» et ils s'interrogèrent sur ce
qu'ils avaient entendu. Alors anba Bgoul dit à anba Bschai : «Informons aussi
de cela notre père anba Schnoudi et demandons-lui des explications.» Et ils lui
dirent : «As-tu entendu cette voix qui vient de parler du haut du ciel? qu'est-ce?»
— Et il répondit confirmant leur véracité (et) disant : «Oui, en vérité, j'ai en-
tendu.» — Ils lui dirent : «Qu'est-ce que tu as entendu?» — Il leur répondit :
«Moi! j'ai entendu une voix qui criait : aujourd'hui anba Schnoudi a été nommé
archimandrite du monde entier.»

Et lorsque le père anba Schnoudi eut entendu cette voix, d'un cœur joyeux et
d'une application forte, il se livra à l'adoration, à des veilles nombreuses, à des
jeûnes continuels dans le meilleur ordre; il ne rompait le jeûne tous le jours
que vers le coucher du soleil, il ne rassasiait point son âme de mets, si bien que
par suite son corps s'affaiblit et sa chair se colla à ses os. Sa nourriture ne con-
sistait qu'en pain, en sel et en eau, ressemblant tous les jours à (celle d')Élie le
batelier. Et mon père anba Schnoudi, pendant toute sa vie, faisait l'homélie
aux grands et aux petits; jusqu'à la fin de son temps, ses paroles coulaient
toujours,1 et à la bouche de ceux qui aiment les instructions divines elles étaient

1. Mot-à-mot : ne finissaient pas.
loading ...