Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 317
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0423
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
MONUMENTS, ETC. 3 17

J\ jdïis te* ^j^s^l} àJI l^Ào à^Oil ^âaJ J)j f. l<9 ÂsfolU

Ch*&Ji\ ï^'il |^>-^r^ j^* Lj \J$\ y*^ \-\k> ^^wJ C-^C ^5 cjUaJU»

6*)o~j àù}j ^tC3 ^à.L>j jl ^j^àxi ^> Ai"! ^U££=*.<> Ol^s» /^o

^ AcLrr kl ^>-j J£;L à) j^l OlLdl Jl, ^Li! p, 11^

s-

j^iu ^xM- or^rj ^yi tiA) j jl J^l? J^»-^

<ja1u ->c^9 J^la; ^ibj C*^' "^"^ ^ l^b

avait trouvé une source d'eau bonne (à boire), il se reposa près de cette source
et mon père nous apprit qu'il resta neuf ans sans goûter le plus petit morceau
de pain.' Il avait surpassé un grand nombre (de moines) dans la pratique de la
vie monacale, et souvent il entendit les gémissements des âmes dans les tour-
ments; il parla bouche à bouche avec les anges. Certains frères allèrent le trou-
ver et l'interrogèrent en disant : «Satan s'efforce de nous tenter et il nous cause
beaucoup de souffrances!»2 Et cet homme grand leur dit : «11 n'y a pas de Satan
et je ne sais rien de ce que vous me demandez.» Et les frères le quittèrent tristes,
désolés de ce qu'il n'avait pas imploré Dieu et intercédé pour eux. Et lui s'était
fié à son seul avis. Et un jour vint que Satan prit pour (aller à) lui la forme d'un
roi; accompagné d'une troupe de soldats il se présenta à l'habitation de ce moine,
s'assit à l'extérieur et (les soldats) se mirent à frapper à la porte avec de grosses
pierres, disant : «Sors vite.» 11 sortit plein d'embarras, trouva le roi assis avec
les soldats qui l'entouraient. Un soldat le fit avancer vers le roi et lui dit : «Cet
homme fait partie du peuple qui prie,3 de ceux qui souffrent pour sauver nos

1. Mot-à-mot : il ne mangea pas de pain absolument. — 2. L'interrogation suivante est sous-en-
tendue : que nous faut-il faire pour le combattre? — 3. C'est-à-dire il est moine.
loading ...