Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 322
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0428
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
322

E. AMÉLINEAU.

A^jI ^! U|j ^jâ1*} 3 O^ r0""^ ^daC «jl^p-j AU~>-

(^bilari. ly^=> ^ (/-"^l? ^"-^a^ Âr*^) ^./oJ do Jh

IN

dA)j Jli U 4jj;i< LjI ^j-xâJI f^h \j<>; ^> c^lsu ^jJI l^L
__1 dSy] \cè ^ ^c"J c^J==> o\ à} Jsj jJLU j^) JIâ9 Jo^il

frères.» Alors (l'homme) reçut sa bénédiction et le quitta. Et lorsqu'il fut arrivé
à sa maison, il dit à sa femme : «Sache, ô ma sœur, que nous demeurons con-
tinuellement dans le péché sans le savoir.» Alors il lui raconta tout ce que lui
avait dit le prophète anba Schnoudi, il laissa tous ses biens à sa femme, revint
vers mon père anba Schnoudi et il accomplit sa profession de moine avec bonne
conduite, grande application et merveilleuse patience.

Il arriva un jour que vint à mon père anba Schnoudi un homme des gens du
village du Sahid appelé Samhoud,1 dans le voisinage de la ville de Psoi : cet
homme était triste, souffrait beaucoup, et il envoya demander la permission de
pénétrer jusqu'à mon père et de se présenter à lui, disant : «Peut-être, par tes
prières, le Seigneur me fera-t-il miséricorde et me pardonnera-t-il l'abondance
de mes nombreux péchés qui sont trop lourds pour moi!» Et les moines infor-
mèrent le saint anba Schnoudi de ce que lui disait cet homme, et mon père dit au
messager (que l'étranger avait prié de l'aller trouver) : «Va et dis-lui : si tu écou-
tes ce que je te dirai, tu verras mon visage.» — L'homme répondit et dit : «Je

i. Village de la moudirieh actuelle de Sohaq.
loading ...