Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 331
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0437
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
MONUMENTS, ETC.

33l

3 *H__» AJ)Us* jlla^ C&j joA àJb "i J^«j>- cSoyi

â^UI 3 <JuU*l 01 Jb-i J^iS îas»^ ^AJ ^fcjjj Ujf ^v*^

oi--«ai 3> <J*^} ***** ciLJj uM' V;^ ^ f ^r"

Oyjaj O^5" <^y~* '-b***' ^>|? ^«jL>-b lS)I-\^ ^ aJ yi5j

vant ni étendre ni retirer ses pieds. Et souventes fois il enchanta cette vallée si
bien que personne n'y passait, et il allait à sa caverne en paix, réussissant dans
ses actions.

Et notre père saint fut un prophète, ayant sous sa main deux milles deux
cents moines et mille huit cents femmes en religion, sans compter les novices' et
les serviteurs. Et notre père priait pour eux tous, afin que pas une âme ne se
perdît; car toute son occupation était de prier pour les âmes des hommes. En-
suite l'ange du Seigneur vint à lui, le prit par la main droite au milieu de la nuit
et sortit avec lui pour lui montrer tous les châtiments et l'endroit où on les en-
dure. Et lorsque l'ange lui fit parcourir ces lieux, il vit là-bas des vierges qu'on
châtiait et il dit : «Quelle est leur faute? pourquoi sont elles dans ce grand feu
inextinguible?» Et on lui raconta (la chose) et on lui dit : «Elles sont vierges de
corps, mais leurs langues étaient des glaives aiguisés des deux côtés : elles par-
couraient tous les lieux et par toute sorte de calomnies mettaient au pillage l'hon-

i. Mot-à-mot : les petits et ceux qui prenaient soin d'eux. Je fais rapporter le pronom à toute la
communauté et non seulement aux novices, c'est pourquoi je traduis serviteurs, car il y en avait d'at-
tachés au monastère.

42*
loading ...