Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 334
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0440
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
334

E. AMÉLINEAU.

àlstsÇj t-^Ul! j-o u^lli -*=^Li j^^j^xi <)u9 ^-U c5jJl ^^i! J^9

ciAjL» (Jls^ ^j^-^^ ci^*^ '-r^ ^ k-^iLjj j&j &»*<j3 C^s£

^jj»__jj\xzji\ UJI U]^ ^L! wXsj ^ x Aciàc. <Xsr^ àJlD) «jAJu 3 l<r;lo

et celui qui soupire après moi de toute l'ardeur de son âme sera gardé. Fais ton
salut en paix.»

Et voici que dans les jours de l'été, lorsque la terre par l'action de la chaleur
s'échauffait sous les pieds de mon père, la terre sur laquelle il se tenait devenait
comme de la boue par suite de l'abondance de ses larmes; alors il prenait une
brique crue et il la plaçait sous ses pieds, puis il priait et implorait le Seigneur
pour le salut des hommes jusqu'à ce que la brique fut fondue en poussière sous ses
pieds par suite de l'abondance des larmes qui coulaient de ses yeux sur la brique.
Et un jour, pendant la nuit, le saint anba Schnoudi avec Mar Victor archiman-
drite de Tabennîsi fut conduit dans la Jérusalem céleste et on les mena à l'assem-
blée des vierges. Tous deux, il firent la prière et se prosternèrent devant le
Seigneur, le juge qui rétribuera; puis on leur ordonna de s'asseoir et voici que
pendant longtemps un ange, sous l'habit d'un moine, tenant dans sa main un
livre qui brillait et étincelait comme l'éclair, leur lut l'apocalypse de Jean le
vierge, aimé du Seigneur; et celui-ci prit congé d'eux, leur donna le salut, et,
dans cette même nuit, tous deux retournèrent à leurs monastères avec grande
joie. Quelques jours après l'archimandrite de Tabennîsi vint nous faire visite : nous
loading ...