Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 335
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0441
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
MONUMENTS, ETC. 335

vi__0.1 Ai-^-j <xJi csjJi j^i u^ji jfôi i j^i

cSjJî U à) JISj i^bj ù& U ^Uj ^ dJÉfU^ ^LJ çr^j <^^j Aol

Ju* j^oâî 3l? (j-^w^I <j> c^ii &l (Jlâj <JS;L AjLJ i^bj

à_U il ^^J^-y^i] <S/u <^l ^^«9 pi l^*> 3 ^

.......^^ji ^-^^ lJ^ 3 i^bjj <JÎ)j u^J^i J^^r^ "i j^oJI

À=»lJ- y.st i>\ il^ Iju*^ J^O*)! ^ ^>-^i

juil^ b&^l J J\àj jAJ j j, ^»il j^»^ ^ 3^ ï^il

JlL»~iJl J^U j<Jl JA) j C^i>^ JA) j Utàï^» Aàl^é JulS àjL. ^1 C-u^9 <)ci

le reçûmes et nous nous réjouîmes avec lui. Nous causâmes alors les uns avec
les autres des grandeurs de Dieu, et mon père le vieillard pur dit : «Raconte l'en-
droit où nous sommes allés, sa beauté et sa magnificence.» — Le vieillard Mar
Victor répondit : «Vraiment le frère qui lisait nous a réjouis par la douceur de
sa parole, sa grande politesse et honnêteté1 et par tout son caractère.» — Et mon
père feignant de ne pas savoir ce que disait le père (Victor) lui dit : «Qu'est-ce
qu'il lisait?» — Mar Victor répondit et dit : «Il lisait l'apocalypse de Jean,» et il
ajouta : «Je l'ai interrogé et lui ai dit : Tu lis dans ce livre tous les jours? et il
m'apprit qu'il ne lisait l'apocalypse que tous les samedis soirs seulement; mais
nous prendrons cette habitude et nous la réciterons tous les samedis pour glori-
fier l'apocalypse de Jean.» Voilà ce que les pères saints nous ont raconté pour
la gloire de Dieu.

Un jour il nous ordonna de creuser un puits pour le besoin des frères; mon
père m'en chargea et me dit : «Creuse-le ici.» Je trouvai que l'endroit était petit
et causerait beaucoup de fatigues; j'allai à côté et je trouvai que l'emplacement
était un peu plus élevé et devait être bon : j'y creusai le puits. Satan voulut le

i. Mot-à-mot : la beauté de sa politesse et de son honnêteté.
loading ...