Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 339
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0445
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
MONUMENTS, ETC.

339

^js£ ^c? bJr^ brî^l? 3^ ^ j^iïs

3 Jy5 U jJi bi! le! ^ aJ^Ï Ul ^-J| a^U! 3jJ1 01 3I Jb* La)
liV, A^Jl 3 dt)^6 ^r-^c ^>^>. U» 3I Jli jybjJl ^sj

j^iià Ajy^ b jA) |OL)l Jlsj àà JuJ-l ^.J. 3^L« 3 Jul

^ b* Adi a^>^ oly^l ^ pU«Jl ^>j\ 1^1 jl*jJû; Lo^* Ai

bl Ul

à<JyJl> b A^C i_aS '-r^r^ (jd! Jbié <^ C^j^àj A*J^J C^S!~*\j bCJ^h^ AJI

LJi }j& (jLl U ^^alil JuJJ ^iÂ9 AoLio As^^ bj«£ àrS^à AJLj ^
<^Lft*d! ^à) (Jo- ^bsdl c5-\j â.u àixJt)] 3^ b! ^bs^l j Jlâs 1-X5Jb b'J^Ô

livrer leurs âmes à Satan.» — Et je lui dis : «O mon père saint, fais-moi l'amitié
de me raconter cela, et prie pour nous, afin que nous ne tombions pas aussi
dans ces (malheurs).» — Et dit mon père : «Certes, je vous dis ce que m'a mon-
tré le Messie, ô mes enfants, afin que (le souvenir) en reste jusqu'à la fin des
temps.» (Alors) il dit : «Après vous avoir quittés et être entré dans ma caverne du
désert, pendant que je lisais ma prière sous la caverne de la montagne, le Sei-
gneur est venu et m'a dit : «La paix soit avec toi, ô Schnoudi!» ■—• Et je lui dis :
«Bienvenue est ta présence, ô grand Seigneur, maître du ciel et de la terre!»
Alors sous la caverne de la montagne, je le baisai bouche à bouche; et Satan se
montra sous la figure d'un ouvrier, portant une couffe de paille n'ayant pas servi;
il s'arrêta et la jeta à nos visages vers le flanc sud (de la montagne), sans respect
(pour nous). Je me levai (alors), je m'avançai vers lui, je le frappai, je pris sa tête,
je la frappai contre la pierre jusqu'à ce que je l'eusse tachée de son sang. Et le
Seigneur me dit : «Cesse, ô Schnoudi, son temps n'est pas encore venu.» Je le
laissai confus d'une grande confusion, j'allai et je dis au Seigneur le Sauveur :
«Qu'y a-t-il donc ainsi contre nous?» — Et le Sauveur dit : «Mon père et moi,
nous l'avons épargné depuis le commencement du monde, afin que mes élus se
loading ...