Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 359
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0465
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
MONUMENTS, ETC. 35g

^jj^JI (jl a^i aJI ^S^j Jl^il jxit^ ^^>~ ^1 Aj j^IJj

I js.yj bxà lJ-5"^ ^-i-^ <jA)ô\j As^c^ ^/OJijl 3^ j^^-j

aJ JISj 3Î j>^\ Ju£s 3I l^^jbo L.r^ illacU ^sCJol Jb^JI

^1 ^il_*~o Oui lo^b ^jwXaJI 3' ^ Jbii A0L2C Ar*^) ^sto C^sC^a AiLisib
^.jj]^ l^j-^j L^La^ (3 jjC*'! S-l?*^*? làSwXsiT A^j^u-a.)^ Aj^-X^w"!]

-Q^k) à\sé) bl Aj 3^*b* ^SoJI aJ JUs aIJI aj^ç tiUacl bl Ai**j lSoJI^ lr

AJj__^ Ljul ^j^I ^9;^ <ô>oJl A*ôiJl A^ljUail Ast* 3->Jl ùLj'il Oo-^

l_il A^JoaJI l»Aà> o^/Cl loi 3I Jli^ AJb 3 l^^t^ ^j£&*3 lyL^ 3 ^,^5^,

I___*>^j ^S^^9 ^t?* iJLr^2*^ àS^ ij>j^li Lil ^"il ^ bxà ooi.1 <jl ^^^l

^_jX^t" iJXuô9 U3 ^ Ast-c ^às^ cjLjib UjJl AJOoJol ^Jci-O 11»^

où étaient les biens et les lui rendit, comme mon père saint le lui avait ordonné.
Et (le marchand) revint vers mon père saint pour le lui apprendre; et le saint dit
à l'homme riche : «Donne quelque chose à cet homme pauvre.» Et il lui donna
cinq dinars, comme l'avait ordonné mon père. Et le marchand baisa la main de
mon père en lui disant : «En vérité tu m'as fait une grande miséricorde.» — Et
mon père saint lui dit : «Te voilà sur le point d'aller bientôt à Alexandrie : achète
le plateau que tu trouveras avec mon nom inscrit dessus, apporte - le - moi, et,
avec la volonté de Dieu, je te rendrai ce que tu auras payé.» — Et l'homme dit :
«Ce que tu m'ordonnes, je le ferai avec joie.» Et il le quitta et s'en alla. Alors il
partit pour la ville d'Alexandrie, et au sortir de la barque il rencontra l'homme
qui avait le plateau d'argent après l'avoir volé, et le nom du prophète notre père
Schnoudi était écrit au milieu. Et (le marchand) réfléchit en son cœur et (se) dit :
«Si j'achète ce plateau, j'aurai honte de prendre quelque chose à anba Schnoudi,
car il m'a indiqué l'endroit où se trouvaient mes étoffes et me les a fait rendre.»
Et lorsqu'il entra dans la ville et rencontra l'homme qui avait le plateau, il ne
l'acheta point. Quand toutes ses affaires furent terminées, il s'en alla pour mon-

4
loading ...