Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 360
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0466
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
36o

E. AMÉLINEAU.

jl ^isjl ^1 J^j^ta A»jb U>]^wM ÂjàJI 3 jJl ùj>-^U.i
Lijj Jb^ ^l? ^iri-U jl llj l^le <^ySC« AH AjjjL^ Ul h~x£
3>J^ ^ J^9 A^JuaJI <^tr^ 61 -^i,jh J^? ^*>j

r%\ Jb^JI w^s?^ _#A;j Asej^l Lji 1x1 »»-»Jxsdil ^> JjJ^I
A) (JUà j^ylo A^r" l^à jAJac^l Lîl 3! Ai <JUi ^j^jJS <jA;1 ALiJ-b Jl^ 3I
A^ J;Lj Ls^b jAï^U 3 <j£j1 jSÛ bu, jiu j^J 61 Aiil jUe* J>J1
t_èUî*i>1 tiAj^=>~1 <jXiasîj Aiil; ^j^y* cj>1 àstxLj ^^r5^?

3! ij) 6^j> L«*xi c5-\Jl j>-bJl <J,1 OLjJl j.* i-x-sei? ^ ir^^»

J^iC-Li i^p —> (J?* k^-^a*^ 1___>à>»3 C)\ A) t^jjis 1__^la)] (j^i^r>-

ter dans sa barque, et l'homme s'avança vers lui avec le plateau, mais il ne l'a-
cheta point. Et l'un des marins qui étaient avec lui dans la barque l'acheta pour
quatre dinars et dit : «J'irai avec ce plateau vers l'église d'anba Schnoudi, car
son nom y est inscrit.» Et lorsqu'ils arrivèrent à leur ville, le marin s'en alla avec
son plateau et le donna à notre père en disant : «Veux-tu acheter ce plateau?»

— Il lui répondit : «Oui; dis-moi combien tu as pesé (d'or) pour son prix?» —
Le matelot dit : «Huit dinars.» — Et le saint lui dit : «Pas du tout, ô mon fils;
la vérité vaut mieux que le mensonge : tu n'as pesé pour le (payer) que quatre
dinars.» Et le matelot admira mon père et lui dit : «En vérité, tu es un saint.»

— Et mon père lui dit : «Je t'en donnerai cinq dinars.» — Et l'homme lui dit :
«A Dieu ne plaise, je ne te prendrai rien; mais mentionne-moi dans tes prières
avec charité.» Il reçut sa bénédiction et se retira. Mon père l'accompagna et lui
dit de nouveau : «Je suis certain que Dieu te donnera bientôt ton salaire plusieurs
fois doublé.» Un mois après, le marchand dont nous avons parlé précédemment
vint vers mon père : il était tout triste et lui dit : «Voici que j'ai laissé tomber
une bourse (où il y avait de) l'or : je ne sais pas comment il s'est perdu ni dans
loading ...