Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 366
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0472
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
366

E. AMÉLINEAU.

^1 *Jb J] 1\LJ) ]jà JUU ail) u^Ul tijlj AJ \jJ^

JUîJj li^X-lC- Làslà> ^\ ^jKm* a!^ iwXJLc ^1 Aj^yà>- i_»-\JUJ

^]]^ SjjUJI jJU !61 aaK Ijjb 3 ^ î^blLlI dc^j y**t J\

s-

^J^JuU ^1 kjJJ3 J<szjj ^-^^ is! ^r)_5 JïÂ-\ U ^^aJ s^i?

ajI ijilU Ijl^flJj IjJlrAJ j^j 3^ ^ *^5^

mon père avec un grand respect, et lorsqu'il le vit, il se prosterna devant lui et
lui donna la lettre du roi. (Mon père) lut la lettre jusqu'à ce qu'il arrivât à l'en-
droit où le roi insistait pour le faire se rendre près de lui1 et lui disait : «Hâte-toi
de venir ici vers nous et viens vite,» et il devint très soucieux à cause de ces
paroles. «Que me veut le roi (dit-il), je ne suis qu'un homme pauvre et humble
dans ce désert, occupé à prier Dieu de me pardonner mes péchés.» — Et le cham-
bellan lui dit : «Certes, on veut profiter de ta bénédiction pure; tu n'auras aucune
peine de cela, et si tu vas (près du roi), tu en retireras gain et profit.» — Et mon
père lui dit : «Ne peux-tu pas me dispenser de cette affaire, et expliquer mon
excuse à ma place, (car) je suis un homme avancé en âge.» — Et lui dit le cham-
bellan : «Je ne peux pas désobéir à l'ordre du roi, mon maître.» — Et (mon père)
me dit, à moi, Visa, son fils : «Occupe-toi des hôtes qui sont venus vers nous,
traite-les bien, afin qu'ils se reposent, et le Seigneur fera (ce qui lui semblera)
bon.» Et voici qu'ils demeurèrent deux jours près de nous; ensuite ils supplièrent
mon père en disant : «Lève-toi, viens avec nous, sinon il nous arrivera quelque

i. Mot-à-mot : jusqu'à ce qu'il arrivât à l'insistance du roi sur la cause de son aller près de lui. Ni
dans le texte arabe ni dans le texte copte les paroles qui suivent ne reproduisent exactement les termes
de la lettre du roi. Cette différence pourrait peut-être s'expliquer par la traduction d'un original grec.
loading ...