Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 367
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0473
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
MONUMENTS, ETC.

367

ifels J^j ^ jjl 31 J^j Ul \J rXj A>-yié Jl Jl I^U

abà 3 p^Jl bà^ J~j (3 AiibL^j A^j ^^=^1 Ao-^Ul Jl

ÂjLs^ O&X 4r^l ^ f Jy^ c5^^ ^ ^yrfl Ajb
c-^JaJj AJjS^ J^=£ jM}] Jl u^à>^J »—^s^l 1^1 JA) ^ûUl a) yiij \y\>

^c^l L£L© i-^^sC. lîXuJ ÂJ^p*^j> ijAJ ^-uSo >—9^ ajI^ aJ£

malheur.»1 Mon père leur dit : «J'espère que vous me ferez grâce et direz au
roi, c'est un vieillard avancé en âge.» — Le chambellan, suivant l'ordre qu'il
avait (reçu), dit : «Si tu ne viens pas avec nous de bon gré, je te conduirai au
roi malgré toi.» — Et dit le saint : «Que la volonté de Dieu soit faite : reposez-
vous jusqu'au matin; et nous partirons en paix.» Et lorsque le soir fut venu,
mon père entra à l'autel et pria en ces termes : «C'est toi, Seigneur, qui m'as
fait sortir du ventre de ma mère; écoute mes supplications, ô Seigneur, car moi,
je ne cesse d'avoir besoin de ta pitié et de ta miséricorde jusqu'à l'éternité. C'est
toi, en effet, Seigneur, qui me délivreras éternellement des combats et qui y subs-
titueras la paix. Donne-moi ta bénédiction et rends mon chemin facile.» Et pen-
dant que les paroles étaient encore dans sa bouche, ce qui est écrit s'accomplit :
Si tu me pries, je dirai : Me voici; aussitôt deux anges parurent du ciel sur un
nuage de lumière et ils lui dirent : «Salut à toi, ô le bien-aimé; tu iras vers le roi
avec gloire et respect, tu tranquilliseras son cœur, et il t'écrira respectueusement
une lettre à cause de ta qualité2 de prophète selon l'ordre de notre roi Jésus le

i. Mot-à-mot : afin que rien ne nous atteigne. — 2. Mot-à-mot : à cause de ton état de prophète.
Les mss. diffèrent tous en cet endroit; l'un porte e^-^ : à tes fils; l'autre ^X^> : à ta maison. Cela
s'explique par la négligence des scribes en mettant les points diacritiques. La leçon du texte me pa-
raît la meilleure à cause du contexte même.
loading ...