Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 371
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0477
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
MONUMENTS, ETC.

371

01 I dllil -X^o cl>bL Aj^Ij Ail ç^L.) AftlLU, 1 jKz>- A^~>- Âls»

â.}LJl Aj-^Ij (J, Jl) Aj Ijj']^ Ô;\J AjU=^ i^iLur^l

JjftJ Jix) U ^^Jàil ji)1 Làslib iU^j U LiS^ Ju*9 b ^a^l

-**s£ i u^il^ w^'àJ "i 1^Jl ^ Jf^ J.9 jS*Js*J 1-Aib 01 jJUU

u^y.^ U^foil <jX u-^ibj| wi^é jAl* Lo^^-ï i* j) t^z^iJ-] aJ Jli bu/

I__^j^J ^1) ^ (jAlU ÀjL) «jlLaol^ AwwXaU All>- JUs£ ^ ^j=>*\

AjL) c5/i9 A^l 01 .c JUjl

t5JJ! ^LiL, jj^^J J^j 01 J1 LiU^I

son doigt,' la lui donna, lui fit présent d'un habit magnifique et le congédia en
paix. Il était resté trois heures près du roi : alors les deux anges l'enlevèrent sur le
nuage de lumière et le ramenèrent à son monastère en trois heures, il fit la prière
avec les frères cette nuit même et personne ne sut ce qui était arrivé. Et lorsque
le matin fut (arrivé), ils dirent à mon père : «Allons, nous sommes restés ici assez
longtemps.»2 — Et le saint dit au chambellan : «Vois, mon fils, j'espère que tu
diras au roi : c'est un homme vieux, qui ne peut pas voyager; cela ne te causera
aucun mal et tu n'y perdras rien.» — Et le chambellan dit : «Si tu ne marches pas
de bon gré, je t'emmènerai à l'instant même malgré toi.» Aussitôt mon père tira sa
main de dessous son habit saint, il lui donna la lettre du roi. Lorsque le cham-
bellan la vit et eut lu (la suscription),3 il se réjouit beaucoup, et ayant reconnu
la lettre du roi, il tomba aussitôt sur son visage. Et voici que (mon père) le signa du
signe de la croix et lui dit : «Prends courage, mon fils, et lis l'ordre du roi.» 11 le
fit relever et (le chambellan) lut la lettre du roi jusqu'à ce qu'il arrivât aux secrets

1. C'est-à-dire de son anneau qui était grave1 et lui servit de cachet. — 2. Mot-à-mot : il nous suffit,
ce que nous sommes restc!s ici. — 3. Mot-à-mot : la vit et la lut. Il ne saurait s'agir ici de la lettre,
puisque Schnoudi lui commande plus bas de la lire : c'est donc de l'adresse, de la suscription qu'il
est question.
loading ...