Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 372
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0478
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
372

E. AMÉLINEAU.

ç, U>

jjsï^ OLJl £+>\ Li>. Jlij 3^ ^-^^ ^v32^* ^ "-^ic?

s--

JUà 3^ pî^ jr* ^iA9^ ^ ^1? 'M5^ ^ Jj^o ^^"il

JUé JJJ ^ jJUl ç-b^ dSi JM}\ <j jjyU ^1 b à)
Jus^ Âr^) JbeàU L&j; 3^r^^? l^M^ ci^^^ «-^^01 ^>-lJ-l aJ

^Jjû)! ôLj 3^^ A£=^}li ^j-Xill ^JjJ yïL^j AlJl (JJbi- b w^bj
jLiSC^ Jjj^l ^ <-^£>^d Ô\ <-^AW W u%

/^o AjT^ -Xj"il ^1 Acl-XJ! C^jAsLl CjjÛ 4wX;l^^ (^ousLl ijila^Jl Ol^-si»

^__M) ^.^j^xill a) ^j±*xs&* Ail! (j^^=>Li/ Axo OlS a«\^c-

OLib) xrcs:r^ a^« J^LL Â^j-xiol ^y* iJ^o-j aJI j 11»

et aux mots de passe (connus seulement) de lui et du roi : il regarda mon père au
visage et devint stupéfait, et lorsqu'il eut achevé sa lecture, il tomba aux pieds de
mon père et dit : «Vraiment, tu n'es pas un homme par les pieds duquel la terre
soit digne d'être foulée, car elle est impure; quant à moi, de ce jour je ne me
sépare plus de toi jusqu'à ma mort et à ma fin.» — Et mon père lui dit : «Nulle-
ment, mon fils, lève-toi et va vers le roi, car il a besoin de toi et te chérit.» —
Et le chambellan lui dit : «Si tu me chasses et ne m'acceptes pas comme moine,
fais - moi miséricorde et amitié, bénis-moi, ô ami de Dieu, demeure du saint
esprit.» Et le bienheureux le bénit de sa bouche sainte et lui dit : «Je prie le
Seigneur Jésus le Messie de te bénir, de te préserver de tous les maux, de te
garder des atteintes de Satan, le malin, et de ses intrigues, afin que tu hérites
les biens éternellement durables.» Et voici que le chambellan et ses compagnons
prirent congé de mon père, remerciant Dieu, le glorifiant (lui) et mon père saint,
et ils s'en allèrent en paix.

Un jour des hommes de la ville vinrent à lui pour recevoir sa bénédiction :
ils étaient en compagnie de moines de Ouadi Habib, de la montagne connue sous
le nom de Balance des cœurs. Ils discutèrent avec mon père saint et lui dirent :
loading ...