Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 382
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0488
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
382

E. AMÉLINEAU.

a_jA^J^i 01 lis» a) JUà ^cVJ ^Jt+JJ le 3! Ai j^i! ^« îjsL'il

oyi jai j 3 1^ ù$^\ fîj^ ^ jG

JC3--li lyLftJ 3^ -^i <-^A~^ ia-^Jl j^o (jLJl J=>»J ^;^\a)| Lwl

3 j-aJTAJU A^)bj a^s2 J/iaÀJ ciU^I Jlâà lySd*-© y> a;£c ^ <j-\; U^l

01 -^y cAllI 1^1 JlSj Acic u^lail ^jjiM aA=wU -LXJ1

^iy^ ^cv**^ 3^ 0"° î^^3 J^0^ à^jt k <^ ^r?^ O^

OU a! dAJj ^iU^ pUc

siA_iL! 0^ Là;! <J**ï i^jJj ^1 Ul 3! a) JUs Lx^rT LJb ^U a)

3 Ascx?~|_5 A^ic- â.}U 3^ *—^1 j^~^1 ^ ^1? ^ij5^ Ajy A^Jbjl

^joji aJ ^vrH <L>~\* 3 Ot> A^ij £^r*^ o&

mon père sur la nourriture des frères; et mon père lui apprit ce qu'il leur fallait.
Et (le roi) lui dit : «Vraiment, tes lois sont belles et ta conduite est bonne!» Et le
roi fit du bien aux pauvres de ce temps à cause de mon père saint. Alors entra
un des grands personnages du pays, il prit la main de mon père pour la baiser;
mais mon père retira sa main et ne lui permit pas de la prendre. Et le roi (lui)
dit : «Daigne me faire plaisir et amitié; bénis-le, car c'est un grand du palais. Et
le saint, souffrant et triste, répondit et dit : «O roi, tu désires que je donne ma
main à quelqu'un qui souille le temple de Dieu en commettant des actions im-
pures.» Et tous regardèrent mon père avec étonnement, ils eurent grand'peur,
eux et cet homme, qui s'en alla doutant1 du salut de son âme. Le roi fit une
demande à mon père et lui dit : «Prie pour nous tous, afin que nous soyons sau-
vés.» Et mon père lui dit : «Je prierai, et tu prieras aussi.» Et voici que le roi lui
lit un beau présent, et de retour vers nous au monastère, il consacra la prière
du soir, le mercredi et le vendredi, au roi et à l'utilité de son âme.

Il y avait dans la ville d'Akhmim un homme riche ayant une créance sur un

1. Le mot arabe signifie piqué; on aurait donc : piqué sur le salut de son âme. Le sens est dou-
teux.
loading ...