Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 386
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0492
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
386

E. AMÉLINEAU.

^Ji\ 3 jl^-l v-àSj ùy-u aj <Sjdl j^J»! <j! lyl Âl^

î^^d ^ 0^c^ C^^iJ }jj>\){i fr'yd o*-^ ^ ^ ^McLj» ^ jjUaj^

jJL ^l^b j»j ^y.j^j i^x^h ù^j^^ ^ <*$J* s^Pl? r^-9

marche : son chemin fut facile. Et lorsqu'il arriva à l'endroit où étaient cachés
les livres de magie, l'âne s'arrêta et creusa la terre; le domestique le frappa,
mais mon père lui dit : «Ne le frappe pas, il sait ce qu'il fait.» Les livres de l'im-
pure magie furent alors découverts; mon père commanda au serviteur de les
prendre et lui dit : «En vérité, je les attacherai au cou de ces infidèles violents!»
et lorsqu'il entra dans le village, ils virent qu'il (arrivait) et que les livres qu'ils
avaient fait enchanter et enterrer, étaient dans les mains du domestique, ils s'en-
fuirent et se cachèrent. Mon père brisa les idoles les unes contre les autres; puis
mon père alla vers eux, il leur adressa la parole pour sauver leurs âmes;1 mais
ces maudits damnés voulurent les2 surprendre, mais le Seigneur donna la force
aux pères saints qui les vainquirent et leur frappèrent la tête à coups de pierres, si
bien que leur sang coula, puis ils détruisirent leurs temples. Et il y avait un endroit
appelé Bihalouoli3 (c'est-à-dire le village du raisin) où l'on commettait de grands
péchés; et mon père brûla cet endroit, afin que personne parmi les hypocrites n'y
habitât plus jamais, comme il l'a dit, cela fut fait pour la glorification de Dieu.

I. Mot-à-mot : adressa des paroles dans lesquelles était le salut de leurs âmes. — 2. Ce pronom
montre que Schnoudi était accompagné, quoique le commencement du récit le nomme seul. — 3. Ce
mot peut se retrouver en copte et s'écrire exactement nn&ç&AoAi et signifie bien village du raisin. Un
autre mss. donne le mot ^J^H^aI-o ce qui revient au copte niçe>.Mev*\oA.i et qui signifie pressoir du
raisin; mais le meilleur manuscrit écrit le mot en copte niiô.çe.AoAi, avant de le transcrire en arabe.
loading ...