Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 392
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0498
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
3g2

E. AMÉLINEAU.

S'

jj) A) 1^]lai t_L-Jb AJ) ^Jx^-li wXjU)I A^Jb La9

Ai-* wiLJI Jpr lis ^x-Jl j|>U IJl<9 Jy]|

JlSj j^jK ^jJI Ji>-i U^r Au Ll^9 âj^-^ ÂcL 3 ^jijJ! J Ul
XJbj) w\9 bs^w i^l^- 3 ^'jy> Alx9 U ù! Î^S^oU^j 3I U

I» ^5 aJ^j ji-wl l^xib 3 j-J ^ JlS ^ à^jj^) Ju>- ^ cl

^cl^jli i)ljj A^c ^ 0! 3! ^ Jli <J«L,L> i^/2^^ ^

A___^cS3\ I-Xib (J>^ LîJ^-J c5->Jl «_^JLai) -\s=^i

A_Jacl 3 s^^i ^ (J^ ^

une action pieuse : j'ai fait de même : fais-moi ce que tu voudras.» Aussitôt le
juge ordonna qu'on lui coupât la tête avec l'épée.1 Et les hommes lui dirent :
«Certes, la parole est parfaite, qu'adviendra-t-il?» Et le Seigneur le Messie vou-
lut se souvenir de ses élus, et lorsque le bourreau tira son glaive, deux anges
sortirent du ciel dans un nuage de lumière, ils enlevèrent mon père et remon-
tèrent avec lui; et les assistants s'en étonnèrent grandement et dirent : «Vraiment,
(ô Dieu) ce sont tes signes et tes miracles!» Les deux anges volèrent alors dans
une heure avec lui vers notre monastère, et nous fûmes tous stupéfaits des fa-
veurs qui avaient eu lieu.

Et mon père nous dit souvent : «Tout ce que Dieu a fait avec Moïse sur la mon-
tagne du Sinaï, Dieu m'a accordé de le faire avec moi sur la montagne d'Athribis.»
Alors il me dit : «11 n'y a pas dans ce monastère la largeur d'un pied où le Sau-
veur n'ait marché en me prenant la main.» Mon père me dit aussi: «Que celui qui
ne peut visiter Jérusalem, pour se prosterner devant la croix sur laquelle est mort
Jésus le Messie, vienne faire son offrande dans cette église avec tous les anges,

i. C'est un des passages qui montrent que l'ouvrage a été traduit du copte. L'expression : qu'on lui
ôte la tête avec l'épée htotwA.! iiTecj&.^>e sien pcoc irrcHqi est une expression que l'on trouve dans
tous les martyres et qui vient du latin. Cependant on la trouve en arabe.
loading ...