Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 395
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0501
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
MONUMENTS, ETC. 3g5

0&, l<% U~c o^LL! ï/il J^^Jl ^

jUs -Xi-xiii j^sli ijjb ^lâj ïj,^ u (ji a] yu^ ^u. AJl l^^b

^.i^J 01 <j^~J! ^ ôLasJL ^^"il

O^^r^l? p^r^-^ I^IaxjI iJ^i^ <jXa~J L^fLj>l O?^3^ <JJ
A^-xij aU! *ks£j OÙ jàJI o^Lj, ia-y

^ == tdtij Liiî je ^usj ^iLcU ^uui i^iu

île étaient des païens qui avaient de l'influence, et (ces) idolâtres payaient les
pauvres cultivateurs avec du moût,' de force et avec injustice; ce vin sentait
mauvais, on ne pouvait s'en servir et ces malheureux cultivateurs étaient ruinés
par l'injustice des maîtres. Ils vinrent trouver mon père et se plaignirent de leur
condition en disant : «Voici plusieurs années que nous souffrons de cette injustice
et de cette violence.» Le saint leur dit : «Le Père vous vengera bientôt.» Cette nuit
même il se leva, mit son pied sur l'île, frappa la terre du bâton qu'il avait (pour
s'appuyer) et dit : «Je t'ordonne, ô île (de Panihoua, c'est-à-dire toi qui fais faire
des profits)2 de te transporter au milieu du fleuve et de cesser de donner occasion
que l'on maltraite les gens à cause de toi.» Et les vignes et les jardins se trans-
portèrent au milieu du fleuve, et avant que ne fût l'aube du matin les barques
naviguèrent par dessus. Glorifions Dieu et son élu.

Et un certain jour de fête nos pères les saints, des prêtres et des psalmodes,
vinrent à nous et demandèrent de la nourriture. On leur donna ce qui était né-
cessaire et suffisant. Ils en demandèrent une seconde et une troisième fois par
gloutonnerie, et pendant que (mon père) le leur donnait, ceux qui étaient assis

1. Mot-à-mot : et ils jetaient du moût. Il ne peut s'agir d'un don, mais d'un paiement. — 2. Cette
seconde étymologie vaut mieux et doit être la bonne contre celle de Champoi.i.ion, l'île des bœufs.
loading ...