Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 401
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0507
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
MONUMENTS, ETC.

401

U**£ aj^U a) 3I Je ikAJ) Je aUI

(jl^x^3 J1^ <3^ <-J^ ^i-xLajj AxJj (jl^j jlâ ^ jj/uc^I ^yj^y9

Al ijls a^>l «-^sdJ! ^-ryà <3^ cri^J^* M ^ri-^

A«* jjb ^Jl I jyt^ ^S35^ y^LL aJj>- asC^I j« 3I ^Jl

^ *

L^j] Ubj li_Uc â^Jj ^UtL Ai 3I O-Xs^9 LU ^Jj^e ^eJ^j

y> ^ J\ Ujœ AxsTï^ Aiil jjj JjUl J^4l AL) J\

entrèrent dans le sanctuaire1 pour être bénis de lui, mais ils ne méritèrent pas
même de le voir; et ils glorifièrent Dieu pour la faveur dont il avait comblé mon
père et les preuves qu'il en avait données : que sa prière nous gardej garde le
copiste de ce livre et tous les fils du baptême : ainsi soit-il.

Un jour vint à nous anba Mardorios, l'archimandrite de Qaou : il était accom-
pagné d'un psalmode qui dit à mon père : «Je veux chanter dans ton église jus-
qu'à ce que le peuple ait achevé de faire son offrande.» Et mon père le lui permit.
Et voici que le (psalmode) chanta et prolongea le chant, parce qu'il ne savait
point le mystère. Et le saint anba Mardorios dit à mon père : «Certes le peuple
a fini de faire son offrande, ordonne-lui de cesser.» Et le prophète lui dit : «Moi,
je vois un cercle d'anges autour de lui qui se repassent les offrandes : au milieu
est debout le prophète David qui l'aide et lui indique les prophéties qu'il doit ré-
citer.» Alors voici que (ce psalmode) supplia mon père et lui dit : «Je désire que
tu me laisses (rester) près de toi pendant quelques jours.» Et il parla avec mon
père qui lui permit de rester, et on le laissa près de nous. Et lorsque nous arri-
vâmes à la nuit bénie du premier jour (le dimanche), le fils de Dieu avec ses

1. Le sanctuaire dans les églises coptes est toujours séparé par une cloison en bois de l'endroit où
se trouve l'assistance. Les officiants seuls y entrent, et quelquefois les hôtes auxquels on fait honneur,
comme cela m'est arrivé au monastère de Moharraq.

5i
loading ...