Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 425
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0531
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
MONUMENTS, ETC.

425

je fj^&jj ^ jj**) *-k?J ^J-^j j2* 3^ iS^^- ^ ^f*^ ^1? (j^-^l?

JulS wXst; 3lsâ ^jif^S p* ^ cl»*As^i Axr^ j^ljl t^L ^
w^Ljj Jb^^i -XxJ Ici L~}U~ ^ ^j&J] c-^l^, b Jl^jl 3I <j|jb'

01 ju^" (J,1 Jlij pUc- ^ô]^j 3l Ai Jlis

^__So 3I j <J^ Ja^^i ^ ^^vl? ^i^l ^ A^])1 ■iJjCLc

as^I 3^ fcrf)! 3 Ijo-Î ^ 31 ^1 £i! b ^1 Jls, ^i»

J^JI AoUc A^j pJ! Ji Jo^ jL^Lil J^Jl^ Lajil^

3^ bj^as^ bo^ié ^Jt£Jl <-r'i^i bjj 31 3^ ajl*JI 3 ^^J]j

A___H (Jc^j J^jj jj* (jljjil A^-X^ ^Jl 3J l'b'i!

|^L^>j9 ^jJL>-1 (jSjbcj l^l^i -_3)U jjy^^l Asc^j Aj1w\J] 1__■^==>yS ^.jy^Jé

me soumettrai à lui pour obtenir (mon) pardon; car mon père est un homme
pitoyable qui me pardonnera et me recevra.» En arrivant il frappa à la porte
de la demeure, et il l'entendit causer avec d'autres personnes ; il eut peur. Quel-
que temps après mon père l'appela en disant : «Entre, Yusab l'écrivain; ne reste
pas dehors.» Il entra et se fit bénir. Mon père lui dit : «Pourquoi es-tu resté à
la porte?» — Il répondit avec une grande modestie et dit : «J'ai pensé qu'il y
avait près de toi de grands personnages de la ville; c'est pour cela que je ne suis
pas entré avant que tu ne me l'eusses permis.» — Mon père répondit de sa parole
douce et dit : «Sache, Yusab, toi le frère sage, que je ne parle à personne dans
le désert, si ce n'est aux anges, aux prophètes, aux apôtres purs; et sache encore
que tu as manqué aujourd'hui une grande bénédiction, car les douze apôtres
étaient près de moi et ils viennent de me quitter. Ils étaient venus pour me con-
soler, et le Seigneur m'a promis le repos et l'aisance pour cette année.» Et voici
que mon père vint avec anba Yusab l'écrivain : nous fûmes contents de le voir.

Un certain jour, mon père alla vers la ville d'Akhmim pour enlever les idoles
de la maison d'un homme, nommé Casious; il monta sur son âne et les frères

54
loading ...