Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 433
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0539
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
MONUMENTS, ETC.

433

ji^L- JJjj y^d y^ ^ j^r! y;U" ^! j^u J] yilkJ

<\H Lo -xg (^jji j>^J! jA] j oy ^oLj y^ ^uyi ^ îjuU

Lr ^yï*c.y A^Lo (3^4^! ^té ^d^i J*b ^ ^ f****

oi oy ^^y ^ -x^ui ^ c-o^ «Aïs

oiy OjSo t^ij Sj>yu b\5^» U;i

plusieurs pauvres venaient à mon père pour faire une offrande par ses mains
pures.' Et voici que mon père, lorsqu'il vit ce pauvre, connut en esprit son état
misérable. On servit à l'assemblée une table, tout le monde mangea, et lorsqu'ils
eurent dormi, tous les croyants les éveillèrent en disant : «Levez-vous, maîtres,
pour aller vers la maison du Seigneur et être tous bénis;» car toutes les nuits
(du dimanche) on veillait pour prier et chanter, et on éclairait l'église entière les
nuits du samedi et du dimanche,2 on allumait des lampes et des flambeaux, si
bien que l'église entière resplendissait, tant qu'on faisait l'oblation. Et (mon père)
faisait l'offrande pour eux, on leur servait une table (couverte) de mets, ils man-
geaient et (mon père) les guérissait. Et voici que cet homme dont nous avons
parlé et qui se nommait Luc, s'avança vers mon père, lui baisa la main, le pria
en disant : «Indique-moi un métier qui me donne du pain, car je suis fatigué de
travailler, et moi et mes enfants nous n'avons pas assez de pain pour nous ras-
sasier;3 mais si tu me conseilles de rester ainsi, la volonté de Dieu soit faite;
maintenant je suis disposé (à faire) tout ce que tu m'ordonneras.» Mon père le

I. On attendrait plutôt : afin de recevoir une aumône de ses mains; mais il s'agit de la participa-
tion à l'oblation du sacrifice de la messe, et cela peut se comprendre. — 2. Mot-à-mot : la nuit du
samedi et le lendemain. — 3. Mot-à-mot : et nous ne nous rassasions pas de pain.

55
loading ...