Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 451
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0557
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
MONUMENTS, ETC. 45 1

cjo i ^UJI bUI û>l yiij (ji iblLcj à^Tâ^Oj ^yJI

Jj (jlj^Ji ^ ibs^s>-l a>-U^1 jucj <j]j a~^' jj ^i=r ôls !3!
ÂcUl dllï 3j, ÏjJÏ ^4 % 3 j ^ t-^Jl ^ 01 ^

OSJî g^9 U

je UljS 1, ùbJI 3 ^1 ÂSjuJI 1, J>U£ i a) jJI^ ^-^Uil IjUI

taires) vivant dans les ermitages; il leur portait (même) des légumes et les fruits
qu'il trouvait dans le jardin. Les frères se plaignirent à mon père de la multi-
plicité de ses dons et de ses générosités, ils lui dirent : «Ibsada le jardinier n'é-
pargne rien dans le jardin, de sorte que nous ne pouvons pas trouver ce dont
nous avons besoin pour nous et pour ceux qui viennent à nous.» — Le saint
leur dit avec une chanté divine : «S'il ne vous laisse manquer de rien, il n'a pas
tort. Ne trouvez (donc) pas de défauts en vos frères pour des riens. S'il le faut
nous le ferons sortir du jardin; mais la charité est bonne. Ceux qui la pratiquent
ne deviendront jamais pauvres et leurs enfants ne manqueront de rien jusqu'à
l'éternité.» Et le saint savait que la bénédiction du Seigneur était avec cet homme
en toute chose et qu'il réussissait toujours.1 Et lorsque le saint eut fini sa prière,
la nuit de ce jour,2 il s'étendit sur son tapis, le sommeil s'empara de lui. Il vit
une femme très belle dont le visage brillait et étincelait comme l'éclair et la
lumière du soleil au moment où il brille le plus.3 Elle tenait la main du frère
Ibsada le jardinier et elle lui dit : «Ne crains rien, n'empêche pas la charité

i. Mot-à-mot : et qu'il n'échouait jamais. —
son brillant; c'est-à-dire à midi.

2. Mot-à-mot : en cette nuit. —

3. Mot-à-mot : dans
57*
loading ...