Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 474
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0580
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
474

E. AMÉLINEAU.

\ij JbLoJ b^3j ^>J\ c^b )jjb 01 ^ySd^ [çà ysed (jii Â>-yio Iff^l

uj ^ w S*

o^—^sJol f^l? ^/U»1 àjUJK ibyp^ 3 J^l? ^->yxca

àJb. bbl^ ^JfJl ^j^ai]] ^lc U-Xj (jbJl L^vij;^ bjjO 3 <mc' ^/*{?

(__^-f-^ ^^Jl 3 ' ^r^/^ L^L* ^1 li^Xc^ ibij^ ÀoUo

Li]^ ^^s>.| c5;U^ (jA^Uj l^Lj^; Li|_5 Lîl cSl^ -x>-1 ^.xj ^ U ^JlS

3 iUx>^ ^ Ls£ OIS 3Ï Oi ^i-^^l yy~»&

est écrit : c'est ici la porte du Seigneur, les justes entreront par elje.» Lorsque
nous entendîmes ces paroles, nos cœurs se fortifièrent et nos âmes prirent cou-
rage, nous rendîmes gloire à Dieu parce que nous avions des semences dans
Sion et des parents dans la Jérusalem céleste. Puis nous préparâmes son corps
selon l'habitude que nous connaissions et la manière ordinaire, nous offrîmes (le
sacrifice) pour lui dans notre monastère, et je vis un homme lumineux qui nous
indiqua les passages (de l'Écriture) qu'il était convenable de lire pour lui. Alors
tous ceux du voisinage se réunirent et nous le portâmes au pied de la montagne,1
au milieu d'une grande tristesse et d'une grande désolation; nous l'enterrâmes
et nous revînmes à notre demeure vers le coucher du soleil, le septième jour
d'Abib. Quant à moi, je me nourris de cendre au lieu de pain et je mêlai mes
larmes à ma boisson. Je pris les frères à la dérobée, nous exhumâmes son corps
saint, nous le mîmes dans un sarcophage, nous nous empressâmes de l'enterrer
où il l'avait dit, sans que personne le sût, excepté mon père anba Yusab le dévot,
mar Akhnoukh et anba Célestios;2 c'étaient des frères fervents et mon père les

1. Le mot employé ici par un manuscrit est ; l'autre donne une périphrase, d'où il suit que

le sens est bien montagne. — 2. L'autre manuscrit donne Clisthénos.
loading ...