Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 475
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0581
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
MONUMENTS, ETC.

J^XJ Ç&jji J*> C$à)! Ù&ll (3 -X*J! C^C^ (jl ÀJbLj^

3 X! Ast.^ ^1 ^->^ m (Je- ^1? A£î^U ^-xiLI

jJj<se£ UvSÛ (J^-^]? (jf^^ ^% A;

uy^ bu ^ ^-y? csil^j «-^y ^

AJ ^r?^! 3^ <j?* ^"J" ^ l>° v^35^ yf ^s2~ j^,

^jj^s^Ij ^J^&il ijLJ^jj ^j^yuloj ^^J^Lil ^pjwX.iJl <jl ^ Jjs^ pi

aimait. Nous le déposâmes dans l'endroit où il avait fait des merveilles extra-
ordinaires et où j'avais entendu le Seigneur Sauveur lui adresser la parole, c'est-
à-dire dans Jérusalem, la maison sainte où les anges se réunissent.1

Nous demeurâmes dans le deuil pour notre père saint jusqu'au septième jour.
Nous étions dans une grande détresse. Alors il m'apparut en compagnie de pères
saints et justes, il me rendit digne de le voir lui et les pères saints : ils étaient
revêtus d'habits magnifiques. Je m'avançai, je me prosternai devant chacun d'eux;
puis je baisai la poitrine de mon père, sa tête, ses mains pures et je m'écriai :
«O mon père, tu as enlevé mon cilice et ma ceinture par la joie et le contente-
ment (que tu me causes) : mon âme te glorifie, ma main droite te bénit, je ne
m'afflige plus et n'ai plus de regrets.» — Mon père me dit : «En vérité le Messie
m'a accordé des biens nombreux, il m'a donné une maison qui ne se détériore
pas, non faite de la main des hommes, remplie de tous les biens. Quiconque
m'écoute, suit mes ordres, agit selon mes recommandations, habitera avec moi.
11 m'a donné aussi une grande maison de pierre toute remplie d'instruments de
supplice, et tous ceux qui me désobéiront, je les y enfermerai jusqu'au jour du

i. Toutes ces paroles signifient le sanctuaire de l'église à laquelle étaient attachées, selon Schnoudi,
les indulgences des lieux saints.

6o*
loading ...