Amélineau, Emile  
La geographie de l'Egypte à l'époque copte — Paris, 1893

Seite: xxv
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1893/0030
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
PRÉFACE. xxv

donc pas servi, sauf pour les lieux manifestement existants à la
période copte. Quatremère l'ayant déjà fait avant moi, je n'ai
rien pu ajouter de bien intéressant. Où le récit d'Abou Selab
devient intéressant, c'est lorsqu'il parle des rapports des Musul-
mans et des Coptes, ou des Coptes entre eux : il y a dans son
ouvrage pour l'histoire de cette époque un grand nombre de
faits inconnus. Aussi je compte bien me servir, tôt ou tard,
de la traduction que j'en ai faite.

III

Quoique les documents dont j'ai parlé dans le paragraphe
précédent m'aient apporté beaucoup de secours pour identifier
les noms de lieux que m'avaient fournis les documents coptes,
gréco-coptes ou arabes traduits du copte, il ne faudrait pas
croire cependant que j'ai réussi à identifier tous les noms que
j'avais recueillis. Une assez grande quantité sont restés rebelles
à toutes mes tentatives et ont défié tous mes efforts. Je dois ex-
pliquer les raisons de l'impossibilité où je me suis trouvé.

Tout d'abord je dois dire qu'un grand nombre de villages
et même de villes importantes ont disparu, comme la plupart
des villes situées près des lacs Borlos et Menzaleh. En outre, ce
qui faisait la célébrité de certaines villes au temps de l'an-
cienne religion, devait, un peu nécessairement, causer de l'hor-
reur au temps où l'Egypte devint entièrement chrétienne. Par
conséquent, la population de ces villes dut se porter ailleurs
à mesure que les fidèles de l'antique religion devenaient de
moins en moins nombreux et que l'autorité des patriarches
d'Alexandrie s'étendait. On connaît l'histoire de Cauope, de son
temple et des religieux pakhômiens qui y furent établis par
loading ...