Amélineau, Emile  
La geographie de l'Egypte à l'époque copte — Paris, 1893

Seite: xxxviii
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1893/0043
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
xxxviii LA GÉOGRAPHIE DE L'ÉGYPTE.

J'ai aussi rejeté en appendice ce que nous apprennent les
documents coptes sur la ville du Caire, fondée longtemps après
sa conquête.

Je remercie, en finissant, l'Académie des inscriptions et belles-
lettres, qui a bien voulu s'intéresser à cet ouvrage, et dont le
suffrage éminent sera une garantie pour mes lecteurs. 11 a été
pour moi-la récompense la plus enviée; elle m'a amplement
payé des efforts que m'a demandés et de la peine que m'a coûtée
la composition d'une œuvre semblable.

Paris, 7 novembre 1891.

N. B.— M. Jacques de Rougé vient de publier, au moment où je met-
tais ia dernière main à cet ouvrage, une Géographie de la. Basse Egypte, qui
a été annoncée dès la fin de l'année 1890, et qui n'a paru qu'en octobre
1891. On comprendra facilement que mon ouvrage qui a été soumis
à l'examen de l'Académie des inscriptions et belles-lettres en 1890, au
icr janvier, n'a pu rien emprunter à celui de M. Jacques de Rougé. Au mo-
ment où j'écris ces lignes, je ne connais pas encore l'ouvrage de M. Jacques
de Rougé. Ce sont deux ouvrages faits dans des milieux fort différents,
avec des matériaux la plupart du temps fort dissemblables, car je ne crois
pas que M. Jacques de Rougé ait pu avoir entre les mains les matériaux
que j'ai ramassés un peu partout, et surtout en Egypte. Chaque œuvre se
recommandera par ses propres mérites.

2& novembre 1891.

Seconde note. — Depuis que ces lignes ont été écrites, des circonstances
indépendantes de ma volonté ont empêché la publication de cet ouvrage.
J'ai vu le plan du livre publié par M. Jacques de Rougé. Il ne rentre aucu-
nement dans le mien. Seule, la liste des évêchés que lui a fournie M. Revil-
lout lui a permis d'obtenir quelques-uns de mes résultats. Cette liste,
est-il dit, provient d'Oxford : je connais les manuscrits d'Oxford et j'ai fait
rechercher par autrui si cette liste existe réellement; on n'a rien trouvé,
pas plus que je n'en avais trouvé moi-même. Je crois plutôt que cette liste
a une autre origine, et qu'elle provient de Paris. C'est le seul point de con-
tact entre mon ouvrage et celui de M. de Rougé.

21 novembre 1 892.
loading ...