Amélineau, Emile  
La geographie de l'Egypte à l'époque copte — Paris, 1893

Seite: 3
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1893/0046
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
LA GÉOGRAPHIE DE L'EGYPTE. 3

par Anba Théonas,» patriarche d'AlexandrieW. Ce saint évèque
avait un jour résolu d'aller trouver le patriarche Pierre, le dernier
des martyrs, afin de mourir avec lui; il sortit de son village afin de
mettre son projet à exécution; mais il avait à peine fait quelques
pas qu'il rencontra des Barbares. Ceux-ci le suivirent, le lièrent
sur un chameau, se dirigèrent vers la montagne, pillant les villages
écartés, jusqu'à ce qu'ils fussent arrivés à Behnésâ.

Ce nom n'est pas resté dans l'Egypte actuelle, et il ne se trouve

r

pas non plus dans l'Etat de 1315. On ne le rencontre pas davantage
dans la liste des évèchés conservée dans les manuscrits de Paris ou
de Lord Crawford, ni dans celle qui a été publiée par Vansleb '2) et
que les documents coptes vérifient en grande partie. On pourrait
donc se demander si l'auteur des Actes de Harakioun, en écrivant
son roman, car ce n'est pas autre chose, n'aurait pas inventé le
nom de la ville où il en place le début. Mais un tel fait serait si en
dehors des habitudes littéraires des écrivains coptes que je ne peux
m'arrêter un seul moment à cette solution. D'après les détails four-
nis par le texte, il serait assez vraisemblable que cette ville dût
se trouver à l'est ou au sud-est d'Alexandrie; car les Barbares,
après avoir capturé l'évêque, se dirigent vers la montagne qu'ils
suivent, jusqu'au moment où ils arrivent à Behnésâ. En tout cas,
il est certain que la ville dépendait d'Alexandrie : peut-être était-ce
l'un des faubourgs.

Ni Qùatremère ni Champollion n'ont connu ce nom.

AbOUÎT, tlj^j' .

Le nom de celte localité s'est conservé dans la Chronique de Jean
de Nikiou à propos de l'arrivée des Arabes en Egypte. 11 y est dit
en parlant de la manière dont les Arabes conquirent le Fayoum :
«Ils se tournèrent ensuite vers le général Jean. Celui-ci et ses

(1> Synaxare, 2G Kibak : v^1 g— *■ "?

ib;ooX»iil âjlo^. Jlsl.. — <2> Vansleb, His-
toire de l'Eglise d'Alexandrie, p. 17-

90.
loading ...