Amélineau, Emile  
La geographie de l'Egypte à l'époque copte — Paris, 1893

Seite: 21
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1893/0064
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
LA GEOGRAPHIE DE L'EGYPTE. 21

qui travaillent le lin et de ceux qui taillent la pierre Wrn. Cham-
pollion dit à ce sujet : ce Cette périphrase indique seulement la
haute antiquité de cette ville et sa fondation dès les temps les plus
reculés par les Égyptiens, qui travaillaient tous le lin et qui tail-
laient des pierres, comme l'attestent les monuments nombreux qui
ornent leur patrie <2'. n Je crois qu'il y a là plus qu'une péri-
phrase, qu'il y a la mention d'un fait existant encore de nos jours,
à savoir que, dans la ville d'Akhmîm, on fabrique des toiles qui ont
de la réputation dans l'Egypte entière et dans lesquelles on fait
entrer des fils d'or. Que les habitants de cette ville fussent habiles
à tailler les pierres, c'est ce qu'attestent encore les monuments
ruinés du pays, et surtout le couvent de Scbenoudi. Akhmîm avait
encore une autre spécialité, c'était d'avoir une école de magiciens
célèbre dans tout le pays d'Egypte, et quand on avait besoin d'un
personnage de cette sorte, vite on dépêchait à Akhmîm pour en
amener un'2'. Encore maintenant, c'est le pays de la superstition
par excellence, quoique l'Egypte entière ait beaucoup de goût pour
tout ce qui semble surnaturel.

Li Chronique de Jean de Nikiou mentionne une révolte dont un
nommé Azarias se fit le cbef dans le canton d'Akhmîm

Akhmîm existe toujours et a passé par des alternatives de gran-
deur et d'abaissement dont les historiens arabes nous peignent les
eflets dans le récit des révoltes dont elle fut trop souvent le théâtre.
Capitale de nome, elle perdit son rang pour le retrouver etle reperdre
à nouveau. Aujourd'hui elle dépend de la province de Sohag et du
district de cette même ville; elle a une population de 18,792 habi-
tants, est le siège d'un bandar, possède une école, une station flu-
viale, une poste et un télégrapheAu temps où fut dressé l'État

<■> Lib. XVII, u° tu.

(2) L'Egypte sous les Pharaons, t. I,
p. a57.

(3) E. Amélineau, Les Aclcs des martyrs de
l'hgl. copie, p. 61. Cf. Synax., 2 7 Toubah.

(4) Chronique de Jean de Nikiou,
p. 53a.

(s) Recensement général de l'Egypte,
t. II, part, fr., p. 35, et part, ar.,
p. M.
loading ...