Amélineau, Emile  
La geographie de l'Egypte à l'époque copte — Paris, 1893

Seite: 28
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1893/0071
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
28 LA GEOGRAPHIE DE L'EGYPTE.

lant l'emporter dans l'église de Théonas, les autres voulant l'en-
terrer dans l'église de Saint-Marc. On allait en venir aux mains,
quand des sénateurs et des gens zélés y mirent fin d'une manière
habile : ils allèrent chercher une barque, la firent avancer, s'em-
parèrent du corps du martyr, le chargèrent sur la barque et pri-
rent le large, ce Lorsqu'ils eurent tourné le phare, ils arrivèrent à
l'endroit nommé Leucates, et ils le conduisirent dans le cimetière
qu'il avait bâti lui-même, à l'ouest de la ville, dans le faubourg n
Ainsi, voilà bien des noms de lieu dans un petit cadre : le quar-
tier du Dromos, sans doute de l'Hippodrome; le phare, dont parle
aussi Jean de Nikiou, comme je le dirai bienLôt; Leucates, nou-
veau quartier'2'; le faubourg de l'Ouest et le tombeau que Pierre
s'était fait construire. Quatremère pense que ce faubourg de
l'Ouest était le même que celui qui se trouvait près de Nécropolis,
au dire de Strabon, et qui renfermait des jardins, des tombeaux
et des salles pour la momification des cadavres M.

Dans le martyre d'Epiméde Pankoleus, le gouverneur d'Alexan-
drie, Arménius, fait dresser son tribunal «dans un lieu qu'on ap-
pelait Kaisarcion Nu. Il s'agit ici du palais élevé par Cléopâtre au
fils qu'elle avait eu de Jules Gésar et qui s'appelait Gésarion. La
Chronique de Jean de Nikiou dit à ce sujet : et 11 rencontra (Gésar)
la reine Cléopàtrc, fille de Ptoïéméenommé Dionysos, roi d'Egypte.
G'était une jeune fille fort belle. Gésar l'aima, l'épousa et lui donna
le royaume d'Egypte. Il eut d'elle un fils qu'on nomma Jules Gésar :
on l'appelait aussi Césarion. Il construisit un superbe palais et un
bel et magnifique édifice qu'il nomma de son nom et du nom de
son fils (Césarion). Lorsque le grand Constantin, l'empereur des
Chrétiens, monta sur le trône de l'empire romain, il convertit cet
édifice en une église sous le vocable de saint Michel, laquelle,

(1) Hyvernat, op. cit., p. 279-280.

(2) Ibid., p. 280,

l5) Slrabon, xvn, 10.

<4) oyoz ^qoroYCOB-|- MniBn-

m.\ <f)6n OYTonoc ecpAYMoy-f e-

fOM XC IIIKICXPIOM A'IOl'OY'Nl
NXll MniAPlOC 21X.GN niBIIMX. Coll.

Copt. Vat., n° LXVI, fol. 109 V et ïio r°.
loading ...