Amélineau, Emile  
La geographie de l'Egypte à l'époque copte — Paris, 1893

Seite: 63
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1893/0106
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
LA GÉOGRAPHIE DE L'EGYPTE. 03
CopLos, remonte le Nil, et, comme la montagne de Bischaouâou était
située au sud d'El-Asâs, il est évident que les deux moines dépas-
sèrent ce village. En outre, comme le supposent les paroles du
Syna.rare, la montagne d'El-Asâs était plus importante que celle de
Bischaouâou, car toute la chaîne était connue en cet endroit sous le
nom de montagne d'El-Asâs. Les deux montagnes étaient donc très
rapprochées; elles doivent être placées entre Faou et Thèbes, soit
au nord, soit au sud de Qeft. On peut se demander à propos de ce
nom, si le mot appartient à une racine arahe, ou s'il est égyptien.
Je dois dire que je ne connais ni en égyptien ancien, ni en copte,
une racine qui puisse se rapprocher du mot u-lwiJl : tandis qu'en
arabe la racine est très connue et signifie fonda1, fondement,. Or,
dans la Vie de Piscntios, évêque de Qefl, œuvre que j'ai publiée
il est question d'une ville nommée tcgn+'W, c'est-à-dire ce le fon-
dement n, et cette ville, située non loin de Qeft, donnait son nom
à une montagne®. 11 n'y a donc aucune difficulté, je crois, à iden-
tifier les deux appellations, et à faire du nom arabe la traduction
du nom copte. Cette identification non arbitraire permet de pré-
ciser l'emplacement de la ville et de la montagne, le document que
je viens de citer nous en fournissant les preuves. Il y est dit que
Piscntios habitait dans une caverne au nord de la montagne de
Tescnti : c'est là que les délégués de la ville de Qeft vont le cher-
cher pour lui annoncer son élection à l'évéché de cette ville. Devenu
évêque, il n'habite point sa ville épiscopale, mais, le plus souvent,
il est dans sa caverne : il en sort pour aller plus avant jusqu'à la
montagne de Gimi chmi; il fait creuser son tombeau dans l'église
du monastère de cette ville et il y est enterré®.

De ces divers renseignements, il résulte, je crois, que la ville
n'élailpas bien éloignée de Qeft, puisque l'évêque pouvait remplir
son office dans cette dernière ville, tout en habitant ordinairement

(,) Consulter sur celle ville Ghampol- (2> E. Amélineau, Elude sur le chrisiin-
lion, op. cit., II, p. 323-3ai, el Quatre- vlsmc en Egypte au ru' siècle, p. 98.
mère, op. cit., p. 371-373. E. Amélinenn, op. cit., passim.
loading ...