Amélineau, Emile  
La geographie de l'Egypte à l'époque copte — Paris, 1893

Seite: 280
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1893/0323
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
280 LA GEOGRAPHIE DE L'EGYPTE.

changea sou cours et coula vers l'occident, et la ville devint comme
une île au milieu du fleuve, comme un bosquet d'arbres appelés
Akreyâs, qui est le myrteWj. Cette ville joua un grand rôle lors
de la révolte contre Phocas^, et, s'il faut en croire l'auteur, il y
eut un grand massacre des Grecs, qui en avaient fait un de leurs
boulevards au moment de la conquête de l'Egypte par les Arabes

De\anl cette foule de témoignages, plus ou moins probants, il
n'est pas étonnant que Quatremère ait dû faire une longue disserta-
tion d'abord pour identifier Peschati, ce qui n'était guère néces-
saire, et en second lieu pour assigner la véritable situation de
cette ville. 11 fait observer que ces deux villes sont identiques en
réalité, qu'elles ne formaient qu'une seule et même ville, sous
deux noms différents, qu'elle était la capitale du nome Prosopite
des auteurs grecs, ce qui a été confirmé par la Chronique de Jean
de NilciouM.

Champoilion(?) a fait la même cbose, mais nous verrons qu'il se
trompe en identifiant la ville de Peschati avec l'ibscliadeh de la
province de Gharbyeh.

.le ne puis admettre non plus le sentiment de Quatremère,
parce qu'il n'est pas appuyé sur les textes. Le passage du Synaxare
qui, d'après Quatremère, place la ville de <?MOyMi au nord de
Peschati, ne signifie point ce que cet auteur lui fait dire, car, s'il
est dit que Jules de Khebelis envoya le corps du martyr à Nikious,
cela ne signifie pas que Nikious dut être le terme du voyage, l'ha-
bitude étant, en ce cas, d'envoyer le corps des martyrs à leur lieu
d'origine; ici ce serait à Eschmoun Goreisan. Le texte dit, en
effet : ce Alors, il L'envoya à Nikious, et le veut fut favorable au
bateau qui aborda en face d'Eschmoun : on voulut faire naviguer
la barque et l'on ne put pas (''''. u Les Actes primitifs ne disent rien

Chroniq. de Jean de Nikiou, p. .'î7(j.
(i> Ibid., p. 5/i/i.

"J Ibid., p. 577; cf. p. 436, 5a3,
5/19, 555, 558, 56o et 561.

W Quatremère, op. cit., t. I, p. /120-
446.

W Op. cit., i II; p. îGa-iGS.
B) Synaxare, Barmaliat.
loading ...