Amélineau, Emile  
La geographie de l'Egypte à l'époque copte — Paris, 1893

Seite: 283
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1893/0326
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
LA GÉOGRAPHIE DE L'EGYPTE. 283

contredit en admettant que la ville de Peschati correspondait à
l'Ibschady actuelle, et en plaçant Ibschady près de Schatnouf. Il
ne faut pas prendre non plus les paroles de Khalil Dahery M
comme l'a fait Quatremère : cet auteur dit, en effet, que crla pro-
vince de Menouf renferme l'île des Benou-Nasr, au-dessus de la-
quelle se fait la séparation des deux bras du fleuven. C'est vrai,
mais non comme a compris Quatremère, qui a évidemment pensé
qu'elle était immédiatement au-dessous de Schatnouf; mais la plus
simple inspection des localités comprises dans cette île de la pro-
vince d'Abiâr montre qu'au contraire cette ville de l'île de Benou-
Nasr était en dessous de Menouf, puisque Abiâr fait aujourd'hui
partie de la province de Gharbyeh.

Comme conclusion, je place l'ancienne ville de Peschati, ou
Prosôpis, ou Nikîous, à l'emplacement actuel du bourg d'Ibschady,
au nord d'Aboukalas, à l'est de Zaouîeh et du Nil, dont il est
éloigné d'environ h kilomètres. Il est appelé par erreur Ibschary,
dans le Recensement de l'Egypte; mais la carte des Domaines lui
donne son véritable nom d'Ibschady. Il fait partie de la province
actuelle de Menoufich, district de Menouf, et a une population qui
est bien inférieure à ce qu'on devrait attendre, car elle n'est que
de i,o5p, habitants®: Ce village est cité dans l'Etat de l'Egypte
comme faisant partie de la province d'Abiàr, avec une contenance
de 729 feddans et une redevance de 600 dinars®.. Ce bourg, qui
occupait ainsi une étendue de près de i,boo hectares, ne payait
que 600 dinars; j'attribue cette différence entre la superficie et le
taux de la redevance, non à l'infertilité des terrains, mais au vo-
lume des ruines de l'ancienne ville.

D'autres villages portent le même nom, apparemment, mais je
crois qu'ils viennent d'une autre origine, et que le nom du martyr
Pesoté en arabe, transcrit ou s^Uo!, doit être la cause de

cette similitude.

(1) Chrestomalhie arabe de S. do Sacy, l. I, p. 3/17. — (i) Recensement général de
l'Egypte, l, II. part, fr., p. io->, et part. ar., p. 1. — <sl De Sacy, op. cit., p. 657.
loading ...