Amélineau, Emile  
La geographie de l'Egypte à l'époque copte — Paris, 1893

Seite: 328
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1893/0371
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
328 L'A GÉOGRAPHIE DE L'ÉGYPTE.

amenée par l'assonance avec le nom propre a&$, très répandu en
Egypte, ainsi que ses dérivés Abou-Zeid, Zeîdan. Quant au chan-
gement du -f en a., on sait que les Coptes modernes de la Haute
Egypte prononcent uniformément le *r d^K.v

Je ne doute pas le moins du monde que les Coptes de la Haute
Egypte ne prononcent le t d, quoiqu'il y ait des exemples où,
surtout à la suite de certaines voyelles, le t soit quelquefois trans-
crit ^, ou même presque uniformément b sur la syllabe accentuée,
comme -royi'CDii = u_>k>, et non pas y^sa; mais ce sont des règles
trop délicates pour que M. de Rochcmonleix ait pu les étudier, et
ce n'est pas le cas pour notre mot. Je n'ai point non plus à m'oc-
cuper si le nom d'Ez-Zeîdiab, ou Zaîdîcb, vient de l'assonance
avec le nom de Zeid, ce n'est pas mon affaire; ce que j'ai à démon-
trer, c'est que Phànidjôit n'était pas placé près d'Aousîm, ainsi que
le prétend M. de llochemonteix.

Que Phànidjôit ait été placé dans le midi de l'Egypte, c'est ce
qui est indubitable après le texte qui nomme Jean un liomme du
Midi^2'. Le Midi; le cxpuc, nom ordinaire de la Haute Egypte, en
arabe Ovs**=, commençait au-dessus de Memphis qui faisait encore
partie de la khmg ou Basse Egypte; le diocèse de Dalas et d'Atlïeh
est appelé par les Coptes, qui devaient s'y entendre, le premier de
la Haute Egypte. Au contraire, Aousîm, située au nord de Memphis
et du Caire, faisait partie de la Basse Egypte. En outre, il y a, si
possible, une raison bien plus forte, c'est que le gouverneur géné-
ral de l'Egypte El-Kamcl dit, à Jean, au cours de toutes ses exhor-
tations pour le faire changer de dessein et de religion : « Je le jure
par la tète de mon père El-'Adel; si tu te convertis à notre croyance,
je te donnerai cette robe dont je suis revêtu, je t'en revêtirai; (je
te donnerai) ce cheval que je monte, je te ferai cadeau d'Ez-Zei-
toun, je le ferai cavalier avec 1,000 dinars par an et je te feraigôu-

(,) Journal asiatique, juillet-août 1887, (,) Mss. cop. de la Bibl. nat., n° 53,

f>. 147-148. On voit que M. de Roche- loi. 173 r"; Mss. de Lord Oawford,
rnontei* n'avait pas-attendu. loi. 33i r".
loading ...