Amélineau, Emile  
La geographie de l'Egypte à l'époque copte — Paris, 1893

Seite: 329
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1893/0372
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
LA GÉOGRAPHIE DE L'EGYPTE. 329

verneur de teï nome que Lu voudras, au midi comme au nord W. »
Je le demande maintenant à tout homme de bonne foi, à quifera-
t-on croire que le gouverneur cite Ez-Zeitoun de but en blanc,
sans qu'il y ait quelque circonstance qui amène ce nom dans ses
pensées, puis dans sa bouche? Et il n'y a pas à dire, le mot se trouve
en toutes lettres copies iiigzzgitoyn , avec double emploi de
l'article. Or la raison pour laquelle le gouverneur cite ce'village
n'est pas bien difficile à deviner, c'est que c'était le lieu d'origine
de Jean. La position de Biblâou au midi est encore une preuve de
plus en faveur de celte identification, qui n'a pu être mise en doute
que par un de ces esprits toujours en quête d'une découverte à faire.

11 n'y a donc pas à le nier, Phanidjôit se nomme encore en arabe
Ez-Zeitoun. Ce nom signifie celui des oliviers; il se compose du posses-
sif d>a, de l'article ni et du nom x.cdit qui signifie olivier. M. de
Rochemontëix en donne une autre étymologie : a Aousim se décom-
pose, comme le font pressentir les variantes ci-dessus, en deux par-
tics, Bû, (Wù)-Schêm. La première est la désignation topique
J i Fp, ce localité n qui peut être exprimée dans renonciation du nom
de lieu (cf. Bubaste Akw; Js, Tell-Bastah, comparable à Scbèmetà
Bù-schèm), et dans la prononciation être représentée par l'articu-
lation iv( J i), b ou <j> (cf Pha-cusa et Phanizôit) i> Il y a dans ces
quelques lignes toute une série d'ignorances ou d'erreurs, comme
l'on voudra. Le mot J i a donné en copte Boy et ne se rencontre
jamais dans un nom de lieu copte : le mot "y3 se rencontre assez
souvent, il est transcrit n et en arabe <_> : c'est à quoi n'a pas ré-
fléchi M. de Bocliemonteix. Dans le mot Bubaste, la première syl-
labe vient, non du mot J i, mais du mol y1, comme le montre l'or-
thographe y1] copte noyAoj-, pour noysAC-J-; on a de
même uoycipi =Iy1j|^. 11 n'y a nulle place pour le mot Ji;
cl quant à Phanidjôit, ni Ji, ni y1 n'ont rien à faire avec la com-
position de ce mot, comme je l'ai démontré tout à l'heure.

(1) E. Amé'lineau, loc. cit., op. supra laud., p. 5t). — 'i) Journal asiatique, juillet-
août 1887, p. 1 .'18.
loading ...