Amélineau, Emile  
La geographie de l'Egypte à l'époque copte — Paris, 1893

Seite: 344
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1893/0387
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
3M LA GÉOGRAPHIE DE L'EGYPTE.

en deçà du couvent de Saint-Macaire, sans doute près des mines
de Natron. Quatremère doit avoir raison quand il l'identifie avec
Peamu, car il y avait là un poste de soldats pour surveiller ceux
qui venaient chercher du natron et les protéger contre les Bar-
bares. La chose est expressément dite dans la Vie de Macaire. te En-
suite, lorsqu'il eut pris le chemin des lieux déserts, et qu'il y fut
plus tranquille, il alla en haut du rocher situé au midi et il y
habita; car certes les gardiens (oypvri) le faisaient souffrir près du
lac de Natron, jetant du natron en haut dans les lieux où les Bar-
bares tuèrent les soldats W.'u Le fait est donc bien démontré et
j'ajoute que ces soldats devaient loger dans une tour pour surveiller
la contrée. Quatremère a traduit le mot nyproc qui se trouve
dans ce passage par couvent®; il a eu tort. Que le mot nyproc
désigne en grec une tour, c'est ce qui est incontestable; de même
en copte. La tour de Piamoun était donc un poste de soldats, situé
dans le désert, d'où l'on avait besoin de voir au loin pour signaler
la présence des Barbares. Qu'alentour il y eut un village, c'est ce
qui est assez vraisemblable; caries soldats ne pouvaient vivre seuls,
de même que les gens qui exploitaient les mines de natron. On
comprend d'ailleurs que plusieurs villages avaient dû s'élever à
l'entour de ces mines. C'est à l'un de ces villages que s'applique la
désignation de Piamoun. Maintenant, que près de ces villages il y
eut des moines, que ces moines se soient bâti des tours d'où ils
pouvaient aussi surveiller le désert, c'est ce qui se comprend par-
faitement; car eux aussi, ils avaient peur des Barbares, et les Vies
des moines de Schiît sont remplies de ces frayeurs et des fuites
qu'elles occasionnaient , notamment celle de Jean Kolobos et celle
de Moyse le Noir qui fut tué par les Barbares^.

Je crois que, pour le cas présent, le mot nyproc se trouve

tgb nnimxtoi NttjHTOY ux.c Mi- (î) Quatremère, op. cit.

BxpBxpoc. Cod.Copt. Val.,LXlV,p. rTx. (1) Synaœare, 20 Babal), ai Baonnh,

(l) Cod. Vat. Copt., LXII, p. ÏTx de la et Codices Coptki Vaticàni, LXVII1,

Vie de Macaire. ' fol. 10/1 r\
loading ...