Amélineau, Emile  
La geographie de l'Egypte à l'époque copte — Paris, 1893

Seite: 402
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1893/0445
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
402 LA GÉOGRAPHIE DE L'EGYPTE.

rivées à QousîehW». On mit le corps du saint dans l'église, et plus
lard il fut transporté à Moharraq

Champollion W et Quatremère ^ ont connu cette ville que le
premier a identifiée, avec raison, avec la ville de l'Itinéraire nom-
mée Cusae; le second semble rejeter cette identification. Cette ville
existe encore maintenant clans la province d'Asiout, district de Man-
l'alout, peuplée de 6,5 11 habitants et possédant une école R Au
temps où fut dressé l'Etal de l'Egypte, elle faisait partie cle la pro-
vince de Manfalout, pour une contenance de 10,628 feddans et
une redevance de 26,000 dinars, avec un autre endroit nommé
Mir^. Elle possédait jadis une église dédiée à la Vierge. Les textes
que j'ai cités en tête de cet article montrent clairement qu'elle était
indépendante de Moharraq et, par conséquent, de Qosqâm.

Ramsis, y*.»■»«.<) .

Le nom de ce village a été conservé par le livre des Quarante
histoires édifiantes. Dans la première de ces histoires, un moine parle
ainsi à un autre moine : rr0 mon père, je suis d'un village de la
terre d'Alexandrie, que l'on appelle Ramsis W. n

Ce sont là tous les détails qui nous sont fournis par le récit; il
est assez difficile en conséquence de dire quel était ce village, et
si, par la terre d'Alexandrie, il faut entendre le territoire de cette
ville ou la province de Béhérah. Champollion, qui a connu le mot,
identifie le village de Ramsis, de la province de Béhérah, avec
la ville dont parle l'Ecriture et qui fut bâtie par les Hébreux
Je ne suis pas de son avis et j'en ai donné ailleurs les raisons^'.

(1) Synaxarc, 20 Kihak.
« lbid.

;,) Champollion, op. cit., t. I, p. a85.

w Quatremère. op. cil., t. I, p. ihh.

" Recensement général de l'Egypte,
t. II, part. IV. p. 199; il manque dans la
partie arabe.

lt> De Sacy, op. «t., p..698. ,.

(7) Ms. ar. de la Bibl. nat., n° i55,
f.5o : iùj.xi£u/Sll ^joj! &*-!ïê> (j* lj' A' v.
j-*^», ^cwJ. Cf. suppl.ar. n" 97, f. '1 v°,
I. 10.

(8) Champollion, op. cit., t. II, p. 268.
A Londres, au Congrès des Orien-
talistes, et dans les publications de ce
Congrès.
loading ...