Amélineau, Emile  
La geographie de l'Egypte à l'époque copte — Paris, 1893

Seite: 427
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1893/0470
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
LA GEOGRAPHIE DE L'EGYPTE. 427

QuatremèreW et Ghampollion^ ont donné le nom et ont placé
le village dans le nome d'Akhrnîm, sans chercher à l'identifier.

Je crois, pour ma part, reconnaître le bourg de Schénalolet
dans le bourg actuel de Schandaouîl. Le nom de Schénalolet
signifie bois de vigne : c'est un exemple bien rare de la persistance
du t final clans les noms de lieux, ou plutôt dans le mot axoxgt,
vigne, qui se disait xxoxi. Je sais que la transcription de Joj^^i
nous offre un élément de plus dans l'intérieur du mot : la présence
d'un i qui représente un t, ce qui donnerait en copte cyeiiTA-
xoxer. Or ce mot est formé d'après une règle dont on rencontre
d'autres exemples, comme crjeriTAHCi, bois d'Isis^; or ce mot a
exactement le même sens que Scbénalolet. J^a différence ne sem-
blera pas trop extraordinaire à ceux qui se sont occupés de l'ono-
mastique copte. Ce mot d'ailleurs a été mal orthographié par les
manuscrits, et l'illustre S. de Sacy a cru que la bonne leçon était
•XjjÀJLûW; mais la note qu'il met en bas de la page montre qu'il y
avait un manuscrit portant la leçon Scbendaouîl, qui est la bonne,
car c'est le nom en usage encore dans le pays.

On pourrait objecter ù mon identification qu'il est placé dans
la province d'Asiout; mais il suffit de jeter les yeux sur une carte
de la Haute Egypte pour voir que le village est situé non loin
d'Akhrnîm. Il fait partie d'ailleurs de la moudirieh actuelle de
Sohag, et il est situé bien au sud de Tahtâ au district duquel il
appartient.

11 y a une autre raison qui convient particulièrement à cette
identification. Lorsque le petit Schenoudi, après son heureuse en-
fance, est conduit par son père au couvent d'anba Begoul, son oncle
maternel, ses parents et lui font le voyage dans la même journée
et ne sont pas obligés de traverser le Nil, ce que le texte n'aurait

<'> Qualremère, Mém. géog. et hist.
sur l'Égypte, t. L, p. M6.

(2) Champollion, op. cit., t. I, p. sa65.
l3) E. Ameïineau, Monum. pour servir

à l'hist. de l'Egypte chre't., I. II, p. a83.

(''' De Sacy, op. cit., p. 701. Voir la
note où sont énuraéréesles diverses leçons
des divers manuscrits et des ailleurs.
loading ...