Amélineau, Emile  
La geographie de l'Egypte à l'époque copte — Paris, 1893

Seite: 429
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1893/0472
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
LA GEOGRAPHIE DE L'EGYPTE. 429

fondation des trois premiers monastères de Pheboôu, Schénésît et
Temouschons, Pakhôme en établit un aux environs de la ville
d'Akhmîm. Le fait est ainsi raconté : ce Après un certain temps, on
lui dit en songe qu'il devait bâtir un couvent aux environs d'Akh-
mîm et réunir des gens en cet endroit. Il bâtit, avec les frères, le
couvent et les habitations; puis il établit des maîtres de maison et
des seconds selon l'ordre des autres monastères et il leur désigna
un père en chef, doué de force, nommé anba Besoua, pour les di-
riger : ce couvent fut appelé Schedsinâ^.

Ce mot, qui a été inconnu âmes devanciers, semble formé de
deux mots coptes dont le premier doit être ujct; mais je ne sais
quel est le second. Je ne peux savoir où il est placé, car village et
monastère ont également disparu. Ce fut après la fondation de ce
monastère que l'évèque d'Akhmîm appela Pakhôme pour en bâtir
un second dont le nom n'est pas connu, que les habitants d'Akh-
mîm défaisaient pendant la nuit ce qui avait été fait de jour et qu'eut
lieu le fameux combat de sentences où Théodore devina l'énigme
proposée par le philosophe'2).

Schénérô, ojenepcD, ^y-i ou ly^i.

Ce nom se trouve dans les Actes d'Epimé de Pankoleus. Parmi
les martyrs qui furent appelés devant le tribunal du gouverneur, se
trouvait et Maxime, le prêtre de Schénérô ^v. Il n'est pas dit que ce
village fût situé dans le nome de Pemdje; mais tout porte à le croire.

Quatremère n'a pas connu d'abord ce nom et n'a pas cherché
à l'identifierW; Ghampollion® l'a connu de même et l'a identifié

(1) E. Amélineau , Monuments pour ser-
vir à l'hist. de l'Egypte chrétienne, t. II,
p. 568-569.

(2) C'est ce qui est expressément dit
lorsqu'on raconte que Pélronios fut éta-
bli père de Tesminé et sur les deux autres
monastères. Ces monastères devaient être
assez rapprochés l'un de l'autre, pour

pouvoir être régis par un même supé-
rieur.

(1) màîjmoc ninfGCBYTeroc ni-
PGm cyeNepcu. Cod. Val. copt., LVXI,
fol. 102 r".

(,) Quatremère, op. cit., t. I, p.

(5) ChampoHipn, op. cit., t. I, p. 3o6-
007.
loading ...