Amélineau, Emile  
La geographie de l'Egypte à l'époque copte — Paris, 1893

Seite: 435
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1893/0478
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
LA GÉOGRAPHIE DE L'ÉGYPTE. 435

«parlait, : Il n'y a rien, sinon le commencement du lieu maréca-
ccgeux qui est au nord de la vallée, et l'autre montagne qui l'en-
te toure, je la vois. * Et il me dit : ce Voici ce que dit le Seigneur :
ce Cette terre, je te la donne, tu y habiteras, tu y produiras, ton
ce fruit grandira, ta semence se multipliera, tu engendreras des (ils
a spirituels et des chefs vivront de tes mamelles, ils seront placés
«comme hégoumènes sur des peuples, et ta racine sera stable sur
ce le rocher. Et le peuple que tu engendreras par tes enseignements,
ce je bénirai ses rameaux, afin qu'ils glorifient Dieu jusqu'aux extré-
eemités de la terre, à cause de ton bon souvenir. Lève-toi donc du
et sommeil et va ton chemin, en paix ; réfléchis bien à ce que tu as
ce entendu et à ce qui t'a été appris. Après cela, voici que je t'appâ-
te raîtrai de nouveau, et si tu deviens parfait, je t'apparaîtrai pour
ttte parler bouche à bouche, dit le Seigneur. Et prends garde, n'in-
tr forme personne de la vision que tu as vue, jusqu'à un temps ».
Et lorsque le jeune garçon Macaire se leva du sommeil, et que le
matin eut paru, il fut comme ceux qui sont stupéfaits en pensant
à ce qui lui avait été dit et à la vision qu'il avait vue; car certes il
n'avait pas expérimenté une chose de cette sorte. Gomme ses com-
pagnons l'interrogeaient : ce Quelle est cette stupéfaction qui t'est
arrivée?» il ne leur répondit rien du tout. Trois jours après, il
retourna de la montagne du INatron à sa maison, et il trouva la
femme saisie d'une grosse fièvre et, avant qu'il y eût retard, elle
se reposa en paix M. »

Plus tard, Macaire se retira hors de son village, puis changea
de résidence et alla habiter un autre endroit où lui arriva la terrible
mésaventure qui est racontée dans sa Vie et qui se dénoua par le
témoignage de son innocence. Pendant la nuit qui suivit, le ché-
rubin qui lui était apparu une première fois lui apparut de nou-
veau , lui rappela ce qui avait été dit, et Macaire le suivit, ce Et après
deux jours, ils entrèrent dans la montagne, et comme ils tournaient

\u\y x.e gknay eoy : «Lève toi, qui est au milieu, regardece que tu vois.»
regarde autour de ce rocher et de la vallée (1) Coi. Val. cop., LXIV, fol. G r"-8 v".

38.
loading ...